Russie : qui veut saboter la rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump ?

Le Président Donald Trump a indiqué dimanche, au premier jour de sa tournée asiatique, qu’il prévoyait bien de rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine à l’occasion de cette tournée comme une rumeur l’annonçait depuis mi-octobre. Dans une interview pour Fox News, Donald Trump avait souligné qu’il considérait comme importantes d’éventuelles négociations avec le leader russe, car Moscou, selon lui, pourrait aider à augmenter la pression sur Pyongyang. Curieusement, depuis qu’une rencontre entre les deux présidents semble sur les rails, les événements fâcheux pour les deux leaders se multiplient.

Le 30 octobre l’enquête sur la présumée ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine de novembre 2016 s’est accélérée (1). Le procureur spécial Robert Mueller a mis en examen George Papadopoulos, membre de l’équipe de campagne électorale de Donald Trump, qui a plaidé coupable d’avoir menti aux enquêteurs du FBI au cours de cette enquête. Le directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a également été poursuivi lundi pour complot contre les Etats-Unis. Cependant, et la la presse française se garde bien de vous le dire, l’attaque semble avoir raté sa cible. En effet, les faits reprochés à Paul Manafort remontent à 2012 et essentiellement sur des questions d’évasion fiscale. Quant à George Papadopoulos il ressort de l’acte d’accusation que la campagne de Trump avait refusé ses propositions d’entrer en contact avec les Russes. Mais survenant à quelques jours d’une éventuelle rencontre entre le milliardaire américain et le chef de l’Etat russe cette attaque ajoute au trouble général et c’était peut-être bien là l’essentiel.

D’autant plus que le 05 novembre, admirez tout de même le timing, une nouvelle fuite de 13,4 millions de documents de que l’on nomme « Paradise Papers » a mis au jour des liens entre la Russie et… le secrétaire d’Etat américain au commerce Wilbur Ross. Selon le New York Times, celui-ci aurait conservé après sa nomination au gouvernement des participations dans une société de transport maritime ayant des liens d’affaires étroits avec un oligarque russe visé par des sanctions américaines et avec un gendre de Vladimir Poutine. Et tant pis si la société russe en question n’était pas concernée par les sanctions quand Wilbur Ross avait investi dans Navigator Holdings, en novembre 2011. Là encore, l’essentiel est ailleurs.

De son côté, Vladimir Poutine n’est pas épargné. Le 05 novembre, décidément il s’est passé beaucoup de choses dans cette semaine, plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans différentes villes du pays contre le président russe. Le pouvoir a fait arrêter plusieurs centaines de ces manifestants à Moscou et Saint-Pétersbourg. Ce matin, la presse occidentale a bien entendu critiqué l’attitude des autorités pour fustiger une répression prouvant une nouvelle fois la nature arbitraire et liberticide du dirigeant russe. Un grand classique.

Passons sur la seconde partie du reportage qui voit un illuminé nous dire que l’URSS « était porteuse de lumière pour la planète entière ». Imagine t-on seulement un nostalgique du nazisme tenir les mêmes propos révisionnistes sur une chaîne européenne ?!!! Toujours la même indulgence envers les crimes contre l’humanité du communisme. Concentrons-nous sur le responsable de ces manifestations. Manifestations qui, rappelons-le, tombent si bien à quelques jours d’une rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine. Viatcheslav Maltsev nous est présenté dans le reportage comme un opposant marginal, radical et réfugié en France. On est en droit de s’interroger sur la tolérance de la France à l’égard d’un individu qui appelle ses partisans à descendre dans la rue pour renverser Vladimir Poutine. La Russie serait en droit de demander des comptes à la France. Certains esprits mal placés pourrait même y voir une ingérence dans les affaires intérieures de la Russie… Véritable celle-là !

Mais comme toujours avec les médias occidentaux le plus intéressant et ce qu’ils ne disent pas. Pas un mot sur l’arrestation le vendredi précédent les manifestations d’une cellule du mouvement l’Artpodgotovka (la préparation d’artillerie) de ce même fugitif russe, Viatcheslav Maltsev. Selon le FSB, des membres de cette organisation extrémiste avaient planifié d’incendier des bâtiments administratifs et d’attaquer des policiers les 4 et 5 novembre. Tous les activistes ont été arrêtés et des cocktails Molotov ont été saisis chez eux. Pas un mot également sur le fait qu’à la suite de l’émeute du 26 mars 2017, à laquelle les partisans de Viatcheslav Maltsev avaient pris part, les autorités russes avaient placé le mouvement sur la liste des organisations extrémistes. Et c’est à suite de ce classement que Viatcheslav Maltsev avait quitté la Russie pour la France. Pas un mot enfin sur un élément central du programme politique de Viatcheslav Maltsev. Celui-ci plaide en effet en faveur d’une coopération avec l’OTAN pour résister au désir de la Chine de s’emparer de certaines terres de Sibérie et d’Extrême-Orient. Etrange cet oubli. Nous pensons au contraire que les téléspectateurs de ce reportage auraient trouvé cette précision fort utile. Histoire de comprendre comment un individu qualifié de marginal et exilé a pu faire descendre des milliers de personnes dans le pays afin de renverser Vladimir Poutine à quelques jours d’une rencontre cruciale avec Donald Trump.

Oh, nous savons bien ce que vont répondre les grandes voix de la presse française en lisant cet article : théorie du complot. Peut-être. Mais curieusement il ne se trouve jamais aucune de ses grandes voix pour estimer que les accusations d’ingérences de la Russie dans l’élection américaine puisse également relever de la théorie du complot. Etrange n’est-ce pas ?

La rédaction

(1) Notez que pour la presse française aucune précaution sémantique n’est utilisée. On parle « d’ingérence russe » et non pas d’ingérence présumée. Pour les médias français, bien qu’aucune preuve n’existe à ce jour, l’ingérence russe est actée. Au regard des précautions oratoires et sémantiques maximales utilisées par les mêmes médias français après chaque attentat islamiste, cela laisse songeur…

Publicités


Catégories :Russie

%d blogueurs aiment cette page :