Suède : vingt responsables politiques demandent que l’armée soit déployée dans les zones de non-droit

Selon nos grands experts et journalistes toutous obéissants de la Presse officielle de l’UE, la nouvelle Pravda made in Brussels, la Suède est un modèle d’intégration de peuples venus d’ailleurs, vouant un culte à un dieu nommé Allah ; un modèle qui suscite l’admiration de nos classes dirigeantes, un modèle à suivre les yeux fermés.

Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut rien voir.

Les zones de non-droit prolifèrent dans ce pays multiculturel cité en exemple par nos braves journalistes, serviles scribouillards au service de la dictature de la pensée de l’UE (…)

« Les autorités de l’UE nient depuis des années les problèmes concernant l’immigration et désormais la crise explose, s’aggrave, le nombre de zones «interdites» s’accroît, notamment en Suèdeˮ a fait remarquer la journaliste Ingrid Carlqvist.

ˮSelon un récent rapport, la police suédoise ne parvient pas à contrôler les banlieues du pays, suite à l’apparition de plus de 60 zones interdites. La police aurait fait face à des agressions verbales et à des jets de pierre lors de troubles dans ces zones. On évoque également dans ces zones du vandalisme, des crimes liés à la drogue et de nombreuses agressions sexuelles.ˮ

Mais rien n’est encore perdu, malgré le terrible désastre multiculturel dans lequel les gouvernements gauchistes successifs ont plongé leur pays (…)

En effet, vingt membres du Parti des Modérés (P) ont proposé au gouvernement de déployer les forces armées dans les zones de non-droit les plus dangereuses du pays afin de combattre la violence des gangs.

Mikael Cederbratt du Parti des Modérés soumit sa proposition au gouvernement la semaine dernière et déclara :

ˮLa situation dans nos zones d’exclusion s’est détériorée. Les gangs ont pris possession de ces zones et la police a dû se retirer. La loi suédoise ne s’y applique plus.ˮ

Mikael Cederbratt a été soutenu par 19 autres membres du Parti des Modérés (P), qui ont signé une motion afin de déployer des forces armées dans les banlieues densément peuplées de migrants : Hallunda-Norsborg, Tensta, Rinkeby et Husby. (Botkyrkadirect.se : [M] : Sätt in militär mot gängen i förorten)

ˮIl est absolument nécessaire de faire quelque chose, car ces gangs sont comme des tumeurs cancéreuses dans notre pays et cela devient urgent. Mon absolue conviction est que nous, la nation de Suède, devons déclarer la guerre à ces gangs criminels.ˮ

ˮIl est de la responsabilité de l’Etat de maintenir la loi et notamment celle de la police. Mais la police aujourd’hui n’a pas la capacité numérique pour faire respecter l’ordre public.ˮ

Dans certaines zones de non-droit, la police a été brutalement attaquée, comme le montre la vidéo ci-dessous :

A Rinkeby, la police a projeté de construire un nouveau poste plus sécurisé, mais il est impossible de trouver des entrepreneurs en bâtiment qui accepteraient de travailler dans cette zone, vu le danger.

Selon Cederbratt, les militaires pourraient remplacer la police dans ces zones.

ˮQuatre ou cinq soldats, guidés par un inspecteur de police, pourraient circuler dans un bus de la police la nuit à Norsborg.ˮ

ˮLa police militaire est parfaite. Nous avons aussi une association de militaires syndiqués, ayant travaillé pour l’ONU. Ils ont appris comment opérer dans des situations difficiles à l’étranger. Ils pourraient très bien travailler sous la direction d’un officier de police en Suède.ˮ

Les menaces à l’encontre de la police se sont multipliées, après qu’un poste de police à Helsingborg ait été attaqué à l’explosif mardi dernier peu après minuit.

L’expert en terrorisme, Magnus Ranstrop a déclaré au journal Expressen, que l’incident pourrait être une attaque terroriste. Les motifs de cette attaque doivent être examinés, car cela pourrait sérieusement déstabiliser les structures politiques sociales ou créer de vives inquiétudes à la population.

ˮIl pourrait s’agir d’une attaque terroriste, c’est une question d’interprétation » a-t-il ajouté (…)

Sources : – © Rosaly pour Dreuz.info https://www.dreuz.info/2017/10/22/suede-vingt-responsables-politiques-demandent-que-larmee-soit-deployee-dans-les-zones-de-non-droit/

– ˮSwedish politicians call for Army to be deployed to No-Go Zones » Breitbart

APPEL AUX DONS

Nous comptons sur vous ! Si chaque personne qui lit ce message donnait 2 €, cela permettrait à civilwarineurope de continuer à prospérer de nombreuses années.

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Suède

1 réponse

  1. Erreur du journaliste qui n’est pas allé vérifier, ce ne sont pas des zones de non-droit, et même si ces 60 « zones interdites » aux services publics de l’Etat suédois ne sont pas territorialement continues, elles sont soumises au même droit que les 5000 enclaves extra-territoriales présentes en Gaulle : la charia, ou loi civile de l’islam.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :