Espagne : Madrid donne 5 jours à Puigdemont pour clarifier la déclaration d’indépendance

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a annoncé mercredi avoir donné cinq jours au président séparatiste catalan, Carles Puigdemont, pour clarifier d’ici lundi matin s’il a déclaré l’indépendance de la Catalogne ou pas.

Si M. Puigdemont confirme déclarer l’indépendance de sa région d’ici lundi à 10H00 (08H00 GMT), ou s’il ne répond pas, le gouvernement lui accordera un délai supplémentaire jusqu’au jeudi 19 octobre à 10H00 pour faire machine arrière, avant de recourir à l’article 155 permettant de suspendre l’autonomie de la Catalogne, a précisé M. Rajoy devant le Sénat.

Le chef du gouvernement a estimé « très important que M. Puigdemont éclaircisse pour le reste des Espagnols s’il a déclaré hier l’indépendance ou pas ».

Lors d’une séance confuse mardi au Parlement de Catalogne, « a été annoncé une déclaration unilatérale d’indépendance qui a ensuite été suspendue mais qui a plus tard été signée », avait résumé avec sarcasme le chef du Parti socialiste espagnol Pedro Sanchez. Il l’avait qualifiée de « cérémonie de l’absurde ».

Source : https://www.romandie.com/news/851851.rom

Rappel : https://civilwarineurope.com/2017/10/10/espagne-le-president-de-la-catalogne-proclame-lindependance-de-la-province/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Catalogne, Espagne

2 réponses

  1. Il n’est pas mal ce Rajoy ! Il y avait longtemps qu’en Europe on n’avait pas eu des poltiques qui parlent clairement sans bégaiement ni atermoements

    J'aime

  2. Le premier alinea de l’article 155 dispose qu’avec l’approbation du sénat le gouvernement « pourra adopter les mesures nécessaires pour obliger [la communauté autonome désobéissante] à l’accomplissement forcé desdites obligations », et le deuxième alinea précise que pour l’exécution de ces mesures « le gouvernement pourra donner des instructions à toutes les autorités des communautés autonomes ». Aucun article de la constitution ne prévoit la suspension de l’autonomie provinciale ou le remplacement de son gouvernement, et l’article 155 prévoit donc simplement de dicter directement des instructions aux autorités provinciales, sans autre moyen de coercition qu’un procès judiciaire en cas de désobéissance. Répétons que seule la mise en oeuvre de l’article 116 de la constitution, quatrième alinea, à savoir la proclamation de l’état de siège tel qu’il est détaillé par la loi organique 4/1981 permettrait, en l’impossibilité constitutionnelle de dissoudre le gouvernement catalan, de transférer certains de ses pouvoirs à une autorité militaire. Du moins si un Etat vieux de 500 ans s’estime lié par une constitution de 40 ans, car évidemment il y a des solutions anticonstitutionnelles. Comme expliqué dans la Neuvième Frontière, le gouvernement espagnol s’est acculé au choix entre l’acceptation et l’action militaire. Ce qui reste incertain est s’il l’a fait pour vraiment passer à l’acte ou pour être poussé à la capitulation (par le roi, le parlement, la presse ou l’UE).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :