France (vidéo) : quand Éric Zemmour s’inquiète pour la Corse et la Bretagne

Éric Zemmour est connu pour régulièrement défendre le jacobinisme à la française, rappelant souvent dans ses écrits et prises de paroles son attachement à l’assimilationnisme et à la République une et indivisible.

Les événements du weekend (lire ici) en Catalogne n’ont, sans surprise, pas échappé à celui qui tient une chronique quotidienne sur les ondes de la radio RTL. À travers un billet de trois minutes dans l’émission matinale On n’est pas forcément d’accord du mardi 3 octobre, Éric Zemmour pourfend l’indépendantisme catalan. Il met en garde par la même occasion contre une « propagation » du phénomène dans les territoires à forte identité de l’Hexagone.

« Pignon sur rue à Bruxelles » ?

Éric Zemmour s’en prend tout d’abord à la décentralisation, phénomène engagé il y a une vingtaine d’années dans divers pays européens, de façon très inégale toutefois. Ironique, il juge qu’à cette époque, « l’Espagne était donnée en modèle de démocratie, d’efficacité, de modernité ». Avant de poursuivre sur le même ton en considérant que ce pays fraîchement sorti du franquisme fût alors « un exemple à suivre pour nous autres, pauvres Français, engoncés dans un jacobinisme désuet ».

Puis le polémiste évoque le cas des Generalidades espagnoles, « ces énormes régions avec leurs pouvoirs étendus» qui « faisaient rêver les régions françaises » selon lui. La suite de l’histoire a démontré que le rêve n’est pas devenu réalité puisque les pouvoirs des régions françaises sont restés très limités. Surtout en comparaison des Generalidades ou des Länder allemands. Le « jacobinisme désuet » ironisé par Éric Zemmour semble donc toujours d’actualité.

Il aborde ensuite une supposée coalition entre ces grandes régions et les instances dirigeantes de l’Union européenne : « Elles avaient pignon sur rue à Bruxelles, qui leur accordait un statut de quasi État ». Bien que l’argument soit fréquemment repris par divers courants du nationalisme français craignant une fissuration de la République, la réalité des faits vient contredire la donne. Ainsi, lors du référendum sur l’indépendance en Écosse, la Commission européenne avait sérieusement mis en garde les Écossais. Et en s’intéressant d’un peu plus près aux relations entre la Catalogne et l’UE, la théorie d’un Bruxelles soufflant à pleins poumons sur le brasier catalan pour démembrer l’Espagne est sérieusement remise en cause.

« Le ver régionaliste » en France

Se tournant vers la situation en France, Éric Zemmour fustige « nos élites de gauche comme de droite, d’Alain Juppé à Martine Aubry ». Des élites qui auraient favorisé l’émergence de grandes régions et « ne jureraient que par elles ». Avant de poursuivre son attaque contre le régionalisme : « Avec sa réforme constitutionnelle qui a fait de la France une nation décentralisée, Jean-Pierre Raffarin, alors Premier ministre, a mis le ver régionaliste dans le fruit national ».

Le journaliste du Figaro s’en prend ensuite aux conseils régionaux, et notamment leurs présidents. Ces derniers abuseraient de leurs pouvoirs selon lui : « Tous les présidents de région traitent les préfets comme des valets. Depuis le big bang de 1982, la décentralisation a provoqué une explosion des structures administratives et des dépenses« . Là encore, certains faits viennent contredire les affirmations d’Éric Zemmour. L’actualité a notamment prouvé récemment que l’autorité des préfets n’a jamais été réellement mise à mal (lire ici et là).

Corse et Bretagne dans le viseur

Inquiet pour l’avenir du vivre ensemble à la française, Zemmour s’alarme et annonce que « l’exemple espagnol écrit notre avenir si nous ne rebroussons pas chemin. La nature a horreur du vide. Le nationalisme catalan a remplacé le nationalisme espagnol dans le cœur des foules comme la langue catalane a remplacé le castillan sur les panneaux routiers et les livres d’école».

Éric Zemmour en vient enfin aux cas corse et breton en évoquant « les indépendantistes corses » qui « ont pris la région et parlent ouvertement d’indépendance » tandis que « les Bretons ont réussi à faire plier l’État central sur l’écotaxe ».

« Que dirons-nous aux Catalans français, aux Corses, aux Bretons, quand la Catalogne espagnole sera devenue indépendante ? », interroge-t-il en guise de conclusion.

Nul doute que l’évolution de la situation au sud des Pyrénées sera déjà un début de réponse.

Source : https://www.breizh-info.com/2017/10/04/78851/catalogne-zemmour-corse-bretagne

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Bretagne, Corse, France

%d blogueurs aiment cette page :