Après Molenbeek, la ville italienne Aprilia fourmilière du terrorisme ?

Aprilia, une ville située à 40 km au sud de Rome, figure désormais dans l’affaire de l’attentat de Marseille. C’est ici que Ahmed Hanachi, qui a tué deux femmes sur le parvis de la gare Saint-Charles de Marseille, a vécu plusieurs années. Et à priori, il n’était pas le seul à séjourner dans cette commune qui compte 70 000 habitants, selon Le Parisien.

Trois terroristes passés par Aprilia

“Il y a été inscrit comme résident entre mars 2010 et mai 2017 et a été arrêté à deux reprises pour une affaire de drogue et une autre de vol”, a déclaré ce mercredi 4 octobre un représentant de la mairie, avant d’ajouter que le terroriste “n’habitait plus sur la commune depuis 2015”. L’information ne met pas la puce à l’oreille jusqu’à ce qu’on apprenne que c’est dans la même commune que le Tunisien Anis Amri, auteur de l’attaque au camion-bélier qui avait fait 12 morts au marché de Berlin en décembre 2016, a fait une escale en juillet 2015.

Cette révélation pourrait être une coïncidence puisque les deux hommes ne se connaissaient pas à priori, selon le procureur adjoint de Rome, Francesco Caporale. Toutefois, elle fait froid dans le dos lorsqu’on apprend que l’Algérien Khaled Babouri, qui avait attaqué à la machette deux policières en août 2016 à Charleroi, en Belgique, avait également séjourné à Aprilia.

“Plusieurs cas de présumés ‘sympathisants’ du djihad”

La petite commune italienne serait-elle la cousine de Molenbeek, une banlieue bruxelloise, connue pour avoir abrité des terroristes ? En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’Aprilia “fait l’objet d’une surveillance depuis longtemps en raison de plusieurs cas de présumés ‘sympathisants’ du djihad”, selon le procureur Caporale. “Certains ont déjà été expulsés pour des raisons de sécurité majeures”, a-t-il ajouté.

Cependant, même s’il déclare qu’“on ne peut pas, à l’heure actuelle, parler d’une hypothétique cellule djihadiste”, la presse italienne affirme que les policiers antiterroristes procèdent depuis dimanche à de nombreuses perquisitions pour savoir si Aprilia abrite une base logistique, le centre d’un réseau de radicalisation, ou un centre de fabrication de faux papiers.

Source : https://www.valeursactuelles.com/societe/apres-molenbeek-la-ville-italienne-aprilia-fourmiliere-du-terrorisme-89382

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Italie, Latium

%d blogueurs aiment cette page :