France : un policier sur les délinquants mineurs non accompagnés « Il faut les f… dehors ! »

(…) La police n’en peut plus de ces centaines de jeunes (plus de 600 en Bretagne historique), majoritairement issus d’Afrique du Nord, se revendiquant parfois Tunisiens, Libyens le lendemain, Algériens le surlendemain. Aussitôt arrêtés, aussitôt relâchés, car leur statut de mineurs les protège en raison des conventions signées par la France à ce sujet.

Ce qui fait bondir un policier d’Ille et Vilaine, qui exprime son ras le bol :

« Ces traités et ces mesures de protection des mineurs ont été prises à un autre siècle, à une toute autre époque. Ils ne sont plus à jour. Il faut prendre ces gamins qui n’ont rien à faire chez nous et les foutre dehors. Nous ne sommes pas des assistantes sociales pour toute la planète qui voudrait venir ici. Ces mesures de protection vis à vis de ces mineurs sont une injure à la démocratie française et aux citoyens français qui sont moins bien traités dans leur propre pays ».

Si des policiers sortent ainsi de leur réserve (même sous couvert d’anonymat), c’est bien parce qu’ils n’en peuvent plus de voir toujours les mêmes délinquants étrangers dans les rues : « certains nous narguent, car ils connaissent parfaitement le système. Et il y a encore des juges pour leur trouver toutes les excuses du monde alors qu’ils se moquent de nous ouvertement et de nos valeurs …».

Notre contact admet toutefois penser « qu’ils sont dans un réseau parfaitement organisé ». « Mais c’est très difficile de savoir exactement d’où cela vient : car tout est mélangé, tout se recoupe, tout se différencie entre réseaux de passeurs, proxénétes, réseaux mafieux».

Et le rôle des associations de défense des immigrés, très actives pour défendre et exiger des droits pour ce public ? « Ce sont des grands naïfs pour certains, des militants fanatiques pour d’autres qui seraient prêts à tuer père et mère pour déstabiliser le système ».

Quoi qu’il en soit, le nouveau gouvernement ne semble pas prendre le chemin de la répression et de l’expulsion de ces mineurs non accompagnés, de plus en plus nombreux, violents et incontrôlables, qui écument les villes de France et de Bretagne. « Jusqu’au jour où une victime cessera de l’être et répliquera… y compris sur un gamin de 10 ans qui en parait 18…» poursuit notre contact, qui « appréhende ce moment ; si on ne protège plus la population, ce serait dramatique d’en arriver là. On a vu ce qui s’est passé à Saint-Martin » (…)

Source : https://www.breizh-info.com/2017/09/20/77600/policier-rennais-limmigration-mineurs-non-accompagnes-faut-foutre

Rappel : https://civilwarineurope.com/2017/09/19/france-la-bretagne-frappee-de-plein-fouet-par-la-violence-des-mineurs-etrangers/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Bretagne, France

2 réponses

  1. Trop Tard….nous ne contrôlons plus rien….

    J'aime

  2. « Chomage de masse depuis 50 ans, mais immigration de masse depuis 50 ans. » Il n’y a aucune explication logique à cela. C’est purement idéologique. Le but est d’obtenir une population métissée, une population mondialisée dans sa chaire. Alors seulement le gouvernement mondiale pourra s’établir sur les ruines des nations. Voilà pourquoi tous les nationalistes de part le monde sont automatiquement insultés de facistes. Pire : si vous voulez seulement préserver votre propre culture, vous êtes un nazi. Les personnes qui participent à ces associations pro migrants le font pour la plupart par bonté. Mais ceux qui dirigent ces associations le font dans un but précis : mettre en place le mondialisme par le bas.
    C’est toujours le même ennemi, mais il change de nom.
    Le capitalisme c’est le mondialisme par le « haut », le communisme c’est le mondialisme par le « bas ».
    A part le nationalisme, je ne vois pas ce qui peut s’y opposer.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :