Espagne : le bras droit du vice-président catalan arrêté par la police, tension au Parlement espagnol

La garde civile espagnole a arrêté mercredi le bras droit du vice-président du gouvernement de Catalogne et perquisitionné au siège de l’exécutif régional, des enquêtes tous azimuts étant menées pour empêcher la tenue d’un référendum d’autodétermination interdit le 1er octobre.

« La police militaire espagnole (sic) est entrée dans les bureaux du gouvernement de Catalogne », a annoncé vers 8H30 (locales, 06H30 GMT) un porte-parole deu gouvernement catalan, évoquant les départements des Affaires économiques, des Affaires extérieures et la présidence de la région (…)

Les forces de l’ordre ont ensuite arrêté le bras droit du vice-président catalan Oriol Junqueras, en charge de l’Economie et en première ligne pour l’organisation du référendum interdit.

Il s’agit de Josep Maria Jove, secrétaire général de la vice-présidence, a confirmé une source du département d’Economie de l’exécutif catalan.

Les motifs de l’arrestation n’ont pas été annoncés. Mais Madrid avait prévenu les dirigeants et fonctionnaires catalans qu’ils ne pouvaient pas coopérer à l’organisation du « scrutin illégal » du 1er octobre.

La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans les rangs des militants indépendantistes qui ont commencé à affluer aux abords du siège du département d’Economie.

Vers 10h00 (8h00 GMT), plusieurs centaines de manifestants étaient massés devant le bâtiment. « Les forces d’occupation dehors! », criaient certains.

« Nous voterons pour être libres », lisait-on sur des pancartes.

« Je suis si indignée que j’ai décidé de venir ici », a déclaré à l’AFP une manifestante, Anna Sola, 45 ans. « On attaque nos institutions…. Le 1er octobre je compte voter, s’il le faut nous nous lèverons à 5H00, nous irons au bureau de vote et, comme aujourd’hui: qu’on nous déloge! ».

De très vifs échanges ont aussi eu lieu au parlement espagnol. Les députés catalans du parti PDeCAT (conservateur indépendantiste) du président de la région Carles Puigdemont ont quitté l’hémicycle.

« Retirez vos mains sales des institutions de Catalogne », a lancé au chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy le député Gabriel Rufian du parti indépendantiste de gauche ERC (Gauche républicaine de Catalogne).

« La volonté du peuple de Catalogne ne peut être arrêtée », a-t-il aussi tonné, ajoutant: « Et maintenant nous partons pour soutenir nos amis! ».

Le députés ont ensuite quitté le parlement, certains dénonçant l’arrestation de « plusieurs responsables du gouvernement » catalan (…)

Source : https://francais.rt.com/international/43448-bras-droit-vice-president-catalan-arrete

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Catalogne, Espagne, Madrid

%d blogueurs aiment cette page :