Danemark : la ville d’Aarhus débute son programme « faites un câlin à un terroriste »

La deuxième grande ville du Danemark essaie de lutter contre le terrorisme en offrant de l’empathie aux djihadistes avec un programme intitulé « prenez dans vos bras un terroriste».

Alors que les Danois qui ont combattu contre l’État islamique ont été menacés de la prison à leur retour de Syrie, les terroristes se voient offrir d’énormes privilèges, y compris des appartements, de l’éducation et des emplois, pour les encourager se réintégrer à la société.

Les partisans du projet géré par la police d’Aarhus disent que les djihadistes se sentent «isolés» et qu’ils s’efforcent de s’intégrer, et soutiennent que leur offrir de la bonté et du pardon va les dissuader de leur idéologie meurtrière.

Cependant, le politicien danois Naser Khader, un musulman né en Syrie, dit que le programme envoie le mauvais message et récompense les terroristes qui ont effectivement fait la guerre contre l’Occident et ses valeurs.

Khader a déclaré au magazine d’actualités australien Dateline que le modèle « serrez un terroriste dans vos bras » dit essentiellement aux jeunes musulmans : « Sortez et faites quelque chose de criminel, soyez djihadistes, vous obtiendrez beaucoup de privilèges de la société. C’est mal à mon avis» .

Cependant, des membres de la police sont favorables.

« Nous avons eu plusieurs d’options », a dit le surintendant Allan Aarslev à Dateline. « Nous pourrions les juger tous si nous pouvons trouver des preuves, cependant les terroristes que nous ne pouvons pas juger, que devons-nous faire à leur sujet? »

Il affirme que la plupart de ceux qui sont de retour de Syrie sont maintenant «très bien intégrés et la plupart d’entre eux sont très heureux d’avoir eu une seconde chance».

Il ajoute: « Ce sont des hommes qui sont allés en Syrie et nous ne savons pas ce qu’ils ont fait là-bas, et c’est le choix que nous devons faire : les aider ou les laisser seuls. »

« De mon point de vue, il serait beaucoup plus sûr pour la communauté locale d’aider ces jeunes hommes à avoir une vie normale après leur retour, que de les laisser seuls. »

Il ajoute encore : « Si nous ne les intégrons pas à nouveau à la communauté locale, ils seront un danger pour nous. »

Contrairement au traitement réservé aux islamistes, une femme danoise qui a combattu l’Etat islamique en Syrie soutient avoir été diabolisée et forcée de se cacher depuis son retour en Europe.

Joanna Palani a combattu avec les forces peshmerga kurdes et les forces YPG et affirme avoir tué jusqu’à 100 terroristes et libéré des esclaves sexuelles et des enfants.

Elle a reçu une interdiction de voyager de 12 mois pour l’empêcher de retourner dans la zone de conflit en septiembre 2015, et a été menacée d’aller en prison quand elle s’est rendue au Qatar.

L‘année dernière, son avocat, Erbil Kaya, a noté l’ironie de chercher à poursuivre quelqu’un qui a combattu du même côté que les troupes danoises, pendant que le gouvernement cherche à réhabiliter les combattants de l’État islamique qui sont de retour.

« C’est dommage. Nous sommes le premier pays au monde à punir une personne qui a combattu du même côté que la coalition internationale », a-t-elle déclaré au Guardian.

« C’est hypocrite de la punir. Pourquoi ne punissons-nous pas les gens qui se battent pour ISIS au lieu de ceux qui se battent du même côté que le Danemark ? … Je ne pense pas que ce soit sensé. »

Source : traduction © Marina Linardi pour Dreuz.info https://www.dreuz.info/2017/08/17/le-danemark-debute-son-programme-faites-un-calin-a-un-terroriste/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Danemark

3 réponses

  1. La bêtise humaine n’a pas de limite, en voici la preuve chez les danois , va-t-on laisser encore longtemps le Pouvoir a des gens qui veulent récompenser le Mal et punir le Bien !!!

    J'aime

  2. En phycologie on appelle cela du renforcement négatif, c’est à dire qu’on récompense le mal

    J'aime

  3. Derrière ces idées débiles, il y a des années d’imprégnation des autorités à la culture de l’excuse…

    Les délinquants seraient en fait les véritables victimes (comme les musulmans premières victimes de l’islamisme… ), des victimes qu’il faut aider…

    Et en remontant plus loin, on retrouve le mythe du « bon sauvage »: l’homme est naturellement bon, c’est la société qui le rend mauvais : un délinquant a donc forcément subi des mauvais traitements, des choses horribles (présupposé tellement intégré qu’il fonctionne en arrière-plan dans le cerveau des autorités sans même qu’ils s’en rendent compte). Idée aussi que l’enfant est une « pâte vierge », qui devient ce que l’éducation en fait.

    Ces théories puériles et prélogiques sont d’une naïveté consternante. Et surtout fausses. La délinquance est rarement liée à des mauvais traitements, et à l’éducation (cf les djihadistes qui sont tous de « braves petits » selon leur famille, « gentils et polis » selon leurs voisins).

    Et donc ce n’est pas en étant gentils avec eux qu’on va les changer. Là encore l’idée qu’on va les contaminer en leur inoculant le virus de la gentillesse par mimétisme ou réciprocité est ridicule. On est dans la pensée magique.

    La seule façon qu’ils changent est qu’ils fassent volontairement un travail sur eux, en profondeur. C’est long et nécessite un gros effort, un investissement constant de leur part. Et on ne peut pas le faire pour eux, ni contre leur gré.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :