Espagne : la justice avait refusé l’expulsion du chef de la cellule terroriste !!!

Abdelbaki Es Satty, l’imam qui semble avoir joué un rôle important dans l’organisation des attentats en Catalogne du 17 août 2017, a échappé à l’expulsion vers le Maroc, rapporte le quotidien espagnol El Mundo du 23 août 2017. En 2014, au terme d’une peine de prison, Abdelbaki Es Satty, de nationalité marocaine, aurait été autorisé à rester en Espagne, le juge ayant fait valoir ses efforts pour s’intégrer à la société espagnole.

Condamné à quatre ans de prison en 2010 pour trafic de drogue, Abdelbaki Es Satty avait vu sa peine réduite à deux ans, révèle encore El Mundo, sans toutefois donner le motif de l’allègement de peine. Selon le journal El Pais, c’est au cours de ce séjour que l’imam serait entré en contact avec l’un des auteurs des attentats de Madrid en 2004. A sa sortie de prison, il aurait dû être expulsé du pays, conformément à une loi concernant les étrangers condamnés à des peines de prison de plus d’un an. L’avocat de l’imam avait alors fait appel de cette décision et le juge en charge du dossier s’était rangé à ses arguments, estimant qu’Abdelbaki Es Satty ne constitutait pas un danger pour la sécurité publique (…)

Source : https://francais.rt.com/international/42392-catalogne-raison-efforts-dintegration-es-satty

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Catalogne, Espagne

2 réponses

  1. Lorsqu’ une personne ne fait pas correctement son travail elle est punie, cela doit être la norme pour tout le monde même pour la justice.

    J'aime

  2. Voilà la justice de nos pays soumise à l’islamisation et à l’immigration incontrôlée: elle défend des meurtriers et des gens qui appellent au meurtre.
    En fait, les juges qui prennent ces décisions ne semblent pas se douter qu’ils pourraient fort bien un jour se trouver dans le chemin d’une voiture ou d’une fourgonnette « radicalisée », puisque les djihadistes frappent au hasard.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :