L’Otan intervient dans la querelle entre Berlin et Ankara

L’Otan tente d’apaiser la tension au bord d’un conflit entre la Turquie et l’Allemagne. La semaine dernière, le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg a proposé de devenir médiateur dans l’organisation d’une visite de députés allemands à la base aérienne turque de Konya.

Les autorités turques n’ont pas encore réagi à cette proposition. Alors qu’en Allemagne, à deux mois des législatives, la confrontation avec Ankara est devenue l’un des thèmes centraux de la campagne électorale. Le thème des relations avec la Turquie est d’autant plus pertinent après deux incidents tragiques survenus récemment — l’attentat dans un supermarché de Hambourg et la fusillade dans un club de nuit à Constance. Dans les deux cas les malfaiteurs étaient des migrants de pays islamiques — Emirats arabes unis et Irak. Etant donné que le flux principal des migrants arrivés en Allemagne a transité par la Turquie, la rupture avec cette dernière pourrait engendrer des difficultés supplémentaires pour Berlin dans les tentatives de restreindre le nombre de migrants.

Un nouvel acteur se joint au règlement du conflit diplomatique qui a éclaté entre la Turquie et l’Allemagne, comme en témoigne la déclaration de Jens Stoltenberg. La semaine dernière, il a proposé d’aides les députés allemands à visiter la base militaire turque de Konya: des soldats allemands participant à l’opération de l’Alliance contre les terroristes islamiques en Syrie voisine y sont déployés, mais les autorités turques ont refusé aux députés allemands le droit de rendre visite à leurs concitoyens.

«Le secrétaire général tente de trouver une solution et propose d’organiser une visite pour les députés à la base aérienne de Konya au sein d’une délégation de l’Otan», a déclaré le porte-parole de l’Alliance Piers Cazalet, en rappelant que la base de Konya était «vitale» pour la lutte contre le terrorisme. Ankara n’a pas encore donné une réponse officielle. Le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré ne faire aucun commentaire à ce sujet. Par ailleurs, le membre de la délégation turque au sein de l’Assemblée parlementaire de l’Otan Aydın Ünal, député du parti Justice et Développement, a déclaré que son pays était prêt à accueillir les députés allemands «si tout se déroulait dans le cadre légal et conformément au traité de l’Otan». Et d’ajouter: «Mais c’est à notre président et au premier ministre de prendre une décision définitive».

Sachant que plus tôt Berlin a déjà décidé de retirer son contingent d’une autre base militaire en Turquie — Incirlik. Et ce, pour la même raison: les autorités du pays refusaient aux députés allemands le droit de visiter l’aérodrome (…)

Source : https://fr.sputniknews.com/presse/201707311032473722-allemagne-turquie-otan/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Belgique, OTAN

%d blogueurs aiment cette page :