Italie : du nord au sud une vague d’attaques contre les centres d’accueil pour les clandestins

Du nord au sud, en passant par les îles, la protestation contre l’accueil des migrants se radicalise. Les cocktails Molotov, mais aussi des armes plus rudimentaires sont les moyens utilisés par les citoyens pour arrêter l’arrivée des migrants dans leur pays.

Sardaigne, l’île où la crise économique favorise les bombes

Le cas le plus récent et frappant a eu lieu jeudi dernier devant le centre d’accueil de Dorgali, dans la province de Nuoro, mais, heureusement, les 64 invités étaient sains et saufs, mais l’explosion a ouvert un grand trou à l’extérieur du bâtiment. Ce n’est pas le premier cas en Sardaigne (…) Le 11 Octobre, l’ancienne caserne de Monastir, dans la province de Cagliari, a subi une attaque incendiaire après la décision du Préfet de Cagliari que la propriété devienne un centre d’accueil. La même chose se produit dans Burcei, dans la province de Cagliari, au début de Septembre quand une maison privée a été détruite après avoir accepté 25 migrants. En Novembre, à Buddusò, une ville de 4.000 habitants dans la province d’Olbia-Tempio, une ferme avait été ciblé et détruite par une bombe alors qu’elle était censée accueillir les réfugiés.

Une situation d’intolérance envers ce qui est considéré comme une invasion par les Sardes dans une région avec un des plus haut taux de chômage en Italie (…) Hier encore, à Sassari, une villa, appelée à devenir un centre pour les migrants, a été attaquée par certaines personnes pour mettre le feu à des matelas.

La colère des citoyens du Latium et de l’Italie du Nord

Cependant, la Sardaigne n’est pas un cas isolé. Mardi, à Rocca di Papa, près de Rome, il a été lancé une bombe contre le mur d’une structure qui a été utilisée comme un centre d’accueil pour 500 Africains du Nord (…)

Les mêmes nouvelles viennent aussi de l’extrême nord. En Vénétie, il y a moins d’une semaine, certains gars ont lancé trois fusées éclairantes contre le centre de réception extraordinaire (Cas) Le Verdiana de San Vito de Legnago, dans la province de Vérone. Le 17 Février, une bombe a explosé à la porte d’un établissement qui abrite une vingtaine de demandeurs d’asile, à Aselogna Ceredigion, encore une fois à Vérone.

(…) en Lombardie une attaque au son des cocktails Molotov contre l’hôtel Eureka à Vobarno, dans la province de Brescia a eu lieu au début de Juillet et a provoqué un incendie qui a détruit le rez de chaussée de l’hôtel qui était censé accueillir les demandeurs d’asile. La même méthode a été utilisée à la fin de Mars pour endommager une maison à Robecco sul Naviglio, dans la province de Cremona (…)

Même colère dans les régions rouges contre les migrants

Même la « rouge » Emilie – Romagne a montré qu’elle n’en peut plus des arrivées continues de migrants et le 19 Juillet dernier à Forli, deux cocktails Molotov ont été lancés contre un Cas, dirigé par la Croix – Rouge, qui abritait un migrant. En Février, un abri de réfugiés abri a reçu des bouteilles qui ont cassé un verre et des ordures qui ont barbouillé les murs de la structure et le jardin (…)

Des cas en Italie du Sud

En descendant dans le sud de l’ Italie la situation ne change pas. En Calabre, à San Fernandino, dans la province de Reggio, au début de Juillet, il y a eu un incendie, peut-être un incendie criminel dans une ville de tente (…)

Source : http://www.ilgiornale.it/news/cronache/tutte-bombe-esplose-contro-business-dei-migranti-1426622.html

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Émilie-Romagne, Calabre, Italie, Latium, Lombardie, Sardaigne, Vénitie

2 réponses

  1. Le cas le plus récent et frappant a eu lieu jeudi dernier devant le centre d’accueil de Dorgali, dans la province de Nuoro, mais (…) les 64 invités étaient sains et saufs

    J'aime

  2. Etonnant qu’il n’y en ait pas davantage.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :