France : la maire de Calais refuse de se plier aux «injonctions» du Conseil d’État en faveur des clandestins

Le maire de Calais, Natacha Bouchart, a déclaré par le biais d’un communiqué qu’elle ne donnerait pas suite «aux injonctions» du Conseil d’État, qui a ordonné des mesures d’aide aux migrants, comme la création de points d’eau ou de sanitaires.

«La décision de justice du Conseil d’État est une injustice pour les Calaisiens, car elle les met de nouveau sous la menace de la recréation d’une énième Jungle. Aussi, en l’absence de politique nationale et européenne offrant une solution globale de maîtrise de l’immigration, la Ville de Calais ne donnera pas suite aux injonctions qui lui ont été faites», a déclaré le 31 juillet Natacha Bouchart, par le biais d’un communiqué.

«Je ne puis accepter de mettre en place des installations qui réuniraient à nouveau les conditions de création de campements, de bidonvilles, et de points de fixation. En réalité, il m’apparaît que la solution consistant à venir en aide aux migrants suppose avant tout leur départ vers des centres adaptés, et c’est à l’État d’avoir une réponse claire à ce sujet», a ajouté le maire de Calais.

Interrogée par l’AFP, elle a réaffirmé qu’elle s’opposerait «à tout dispositif» et que le préfet, qui va rencontrer les associations cette semaine, devra donc «réquisitionner». «Je prends un risque, très certainement. Dans la vie, il faut prendre des risques», a-t-elle encore lancé (…)

Source : https://francais.rt.com/france/41551-natacha-bouchart-refuse-se-plier-migrants

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :France, Nord Pas-de-Calais

1 réponse

  1. Quand on dit « le Conseil d’Etat », ilne faut jamais perdre de vue qu’il s’agit que d’un ou deux Conseilllers d’Etat, en général bien choisi par ceux qui ont porté l’affaire devent eux.

    Au fait, quels sont ceux qui l’ont fait cette fois-ci? Encore des associations pseudo-humanitaires, antiracistes ou droitde lhommistes à la noix, dont les dirigeants ont de grandes âmes généreuses avec l’argent des autres, et n’assument rien des conséquences de leur soutien aux prétendus réfugiés et laissent ce soin à d’autres?

    Des gens qui se sont inventé un « travail » consistant à vivre des subventions aux associations qu’ils ont montées… de purs parasites.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :