Juncker veut que la porte reste grande ouverte pour la Turquie !!!

« Un an après la tentative de putsch, la main de l’Europe reste tendue », a écrit Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne dans une tribune publiée par l’édition dominicale du journal allemand Bild, alors que les négociations en vue d’une adhésion de la Turquie à l’UE sont depuis plusieurs années au point mort et que les citoyens européens n’en veulent pas.

Remarquez que tous les sondages réalisés en Europe à propos de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne sont très largement négatifs: c’est un refus massif à plus de 70%. Malgré cela, le président de la Commission européenne, en notre nom à tous et avec le soutien de Merkel et Macron (impossible autrement), continue de déclarer à la Turquie que la main de l’Europe reste tendue.

C’est probablement la raison principale, pour laquelle les Britanniques ont voté le Brexit, la sortie du Royaume-Uni. De cette Europe-là, les Européens ne veulent pas.

C’est non seulement un déni total de la démocratie, mais c’est dans le chef de Jean-Claude Juncker, une véritable provocation, qui s’était d’ailleurs accompagnée il y a un an et demi de la fameuse déclaration : « l’immigration que nous vivons est une grande chance pour l’Europe ».

Pour Juncker, en échange, il est nécessaire « que la Turquie démontre clairement sa volonté d’être européenne et prenne à coeur de manière décidée les valeurs européennes fondamentales », a ajouté M. Juncker, dont les services sont chargés de mener les négociations d’adhésion avec la Turquie.

« Une Union des Droits de l’Homme, de la liberté de la presse et de l’Etat de droit n’est par exemple pas compatible avec le placement en détention à l’isolement pendant des mois de journalistes sans mise en accusation », a ajouté le président de la Commission en référence notamment au cas d’un journaliste germano-turc, Deniz Yücel, accusé par Ankara de soutien au « terrorisme ».

La veille, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait commémoré le premier anniversaire de la tentative de putsch le visant en promettant d’ »arracher la tête des traîtres ».

Juncker n’a toujours pas compris, ou plutôt il considère les Européens comme des cons qui ne méritent pas de s’exprimer sur le sujet. Les Eurocrates non élus de Bruxelles « savent mieux » ce qui convient aux citoyens européens. La main de l’Europe reste tendue à la Turquie et ses 80 millions de musulmans, ce qui en ferait le premier groupe politique au parlement européen. Juncker ne parle que des journalistes emprisonnés en oubliant les centaines de milliers de présumés opposants embastillés par la volonté du dictateur turc.

Cette Europe-là doit être démantelée d’urgence et son processus décisionnel complètement revu.

Source : http://lepeuple.be/turquie-juncker-garde-la-porte-grande-ouverte/83856

L’opinion de civilwarineurope

Remarquez que les mêmes en revanche ne cessent de vouloir sanctionner la Pologne et la Hongrie qui refusent d’accueillir des milliers de clandestins et qui luttent contre les politiques de déstabilisation internes financées par Georges Soros. Ces gens là ne sont pas des Européens. Ce sont des traîtres.

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Belgique, Union européenne

2 réponses

  1. En effet M. Juncker a fait dernièrement, en plusieurs occasions, un effort spécifique de communication détaillée sur ce que la Commission européenne attend de la Turquie : respect des droits de l’homme en Turquie, liberté de la presse en Turquie, et non rétablissement de la peine de mort en Turquie. C’est très clair et bien compris en Turquie, l’Union européenne ne lui demandera jamais d’appliquer ces principes à Chypre, ni de reconnaître tous les Etats membres de l’Union dont Chypre, en encore moins de retirer l’armée d’occupation turque et les colons turcs de Chypre ou de permettre le retour des Chypriotes déportés et de leur restituer leurs propriétés usurpées. Au moment où la Turquie envoie une nouvelle flotille renforcer l’occupation des eaux territoriales chypriotes (et accessoirement uniopéennes), c’est même un encouragement.

    J'aime

  2. Je vaudrai pas être à leur place quand ça va péter.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :