France (vidéo) : 170 clandestins interpellés dans les Alpes-Maritimes, d’autres forcent la frontière et affrontent la police

Lundi 26 juin, vers 21h30, près de la frontière entre l’Italie et la France, des soldats de l’opération Sentinelle repèrent un groupe de migrants en train de tenter de passer cette frontière au niveau du col du Grand-Saint-Bernard, dans les Alpes-Maritimes. L’intervention est rapide, expliquent BFMTV et Le Parisien.

Les sans-papiers sont près de 200. Les militaires de l’opération Sentinelle, pris pour cible à plusieurs reprises ces derniers mois sur le territoire, préviennent aussitôt la gendarmerie. Les gendarmes déploient alors les grands moyens pour baliser au maximum le terrain. Des hélicoptères survolent la zone, des gendarmes mobiles et locaux, plusieurs dizaines au total, sont mobilisés.

Une fois le dispositif mis en place, les militaires procèdent à l’interpellation de ces 170 personnes en situation irrégulière. Ils les remettent dans la foulée aux fonctionnaires de la Police aux frontières, qui les ont ramenés à leurs homologues italiens.

Cette arrestation s’inscrit dans la hausse continuelle depuis trois ans des tentatives d’entrée sur le territoire français de migrants.

Sources : – https://www.valeursactuelles.com/faits-divers/170-migrants-interpelles-dans-les-alpes-maritimes-85463

——————

Des dizaines de migrants installés dans un camp de fortune à Vintimille, en Italie, ont traversé le 26 juin la Roya, un fleuve côtier situé non loin de la frontière, dans l’espoir de rejoindre le territoire français. Mais, repoussés par la police, ils n’ont pas pu aller plus loin et ont été contraints de revenir sur leurs pas. Ils ont entrepris ce périple pour la énième fois, après avoir été expulsés de leur camp par les autorités italiennes.

Un migrant soudanais a confié que certaines personnes au sein du camp avaient essayé d’entrer en France «une cinquantaine de fois». «Nous avons subi des traitements inhumains à Vintimille», a-t-il raconté, expliquant qu’ils n’avaient aucun droit et vivaient sous un pont. Il a également affirmé qu’ils espéraient trouver en France «des organisations humanitaires, des organisations de défense des droits de l’homme». «Personne n’a l’ambition de rester en Italie», a-t-il assuré.

Dans la nuit du 25 au 26 juin, des heurts ont éclaté entre des dizaines de migrants et la police française qui les empêchait de passer la frontière, faisant notamment usage de gaz lacrymogène.

https://francais.rt.com/france/40244-italie-migrants-franchissent-fleuve-tentent-passer-fronti%C3%A8re-francaise

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :France, Provence-Alpes-Côte d'Azur

1 réponse

  1. Première Vague, la suivante risque d’être plus forte, tout cela devient inquiétant.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :