Italie : « Nous dépensons 20 millions d’€ juste pour compter les migrants »

On continue sans relâche à les appeler réfugiés ou migrants. On continue dans l’erreur en homologuant leurs demandes d’asile avec protection etc.. comme s’il s’agissait de véritables réfugiés au sens propre du mot.

La réalité est cependant bien différente : Même si hier, nous avons célébré la journée mondiale des réfugiés, en Italie, ils ne représentent que 5%. Les autres sont des migrants économiques pour lesquels la dépense courante pourrait atteindre les 4,6 milliards. Le nombre d’arrivée a augmenté de 26% par rapport aux 6 premiers mois de l’année 2016 et ce nombre est en train de croître de manière exponentielle comme le montre le rapport statistique quotidien d’après l’instrument du ministère de l’intérieur qui relate les données relatives aux débarquements. Mais cet instrument qui tient compte directement des communications officielles de chaque préfecture ne semble pas suffire pour quantifier exactement le nombre d’immigrés.
Le gouvernement a donc décidé de prendre les choses en main de manière plus complexe, plus précise et de classifier ces arrivées en plusieurs catégories. Voilà comment les coûts liés à la comptabilisation des services de l’immigration vont dépasser les 20 millions d’euros.

Un chiffre qui donne des vertiges quand on sait qu’il ne concerne pas la gestion du tableau de bord et l’hébergement des centres d’accueil. En effet, ces charges reviennent aux 103 préfectures directement et non à l’Etat. Pendant 3 ans, ils dépenseront donc 1,8 millions d’euros HT (2,2 millions avec la TVA à 22%) pour la gestion du projet SISAMI (Système Informatif des Services d’Asile, de la Migration et de l’Intégration). Nous sommes donc face à une sorte de « cerveaux » qui captera, comptera et analysera toutes les données des migrants, clandestins exclus bien sûr…

A cette dépense, il faut ajouter l’extension de 4 mois d’un service dédié à la gestion du développement du logiciel à hauteur de 372 000 euros (TVA comprise). Ce service a déjà couté entre 2014 et 2016 environ 3,7 millions d’euros sans la TVA (4,5 avec). Cependant, la part la plus importante dans ces dépenses liés aux migrations revient à l’association nation commune des italiens (L’ANCI) qui, a travers sa propre fondation CITTALIA récupère 17,7 autres millions d’euros en provenance directe du ministère de l’intérieur. En somme, en plus des couts de la gestion directe de l’accueil des réfugiés, sous la coupe des préfectures et chefs-lieux de province, ce sont d’autres fonds alloués pour quasiment des services similaires. Ce qui reflète bien une sorte de système de photocopies où les acteurs jouent presque les mêmes rôles quand un seul serveur informatique suffirait… Voila comment nous aide la technologie moderne..

Sources : – http://www.fdesouche.com/865237-italie-nous-depensons-20-millions-de-juste-pour-compter-les-migrants

http://www.ilgiornale.it/news/cronache/spendiamo-20-milioni-euro-soltanto-contare-i-migranti-1411800.html

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Italie

1 réponse

  1. Oui, il faut arrêter avec cette phraséologie délétère et toxique, qui vise à falsifier la réalité. C’est de la rhétorique de propagande, des mots pour masquer la vérité.

    Il faut clarifier le vocabulaire au lieu de l’obscurcir en pratiquant (volontairement) le confusionnisme, l’à-peu-près histoire d’embrouiller et d’embobiner.

    Un RÉFUGIÉ, c’est quelqu’un qui cherche un refuge, une protection, parce qu’il fuit un danger, ou l’endroit d’où il vient devenu inhabitable (frappé par une catastrophe naturelle par exemple)

    Un IMMIGRANT, c’est quelqu’un qui change de pays pour s’établir dans un nouveau avec l’intention de s’y intégrer socialement, culturellement et économiquement et prêt à changer de mode de vie pour adopter celui de la population d’accueil

    Un MIGRANT, c’est quelqu’un qui est parti de chez lui mais n’a pas de destination déterminée, ou ne l’a pas atteinte. Il est en transit et n’est pas pour l’instant fixé

    Quelqu’un qui migre dans un autre pays afin de s’y installer économiquement en s’en appropriant un bout de territoire à son usage et profit, en conservant son mode de vie d’origine, en recréant un petit (ou grand) bout de patrie, c’est un COLON. En nombre, ils forment une colonie (dans le temps, on parlait de « colonie portugaise » ou « colonie italienne » de telle ou telle ville, par exemple)

    Quelqu’un qui migre dans un autre pays afin de prendre la place, d’assujettir, de chasser voire d’éliminer les autochtones, de s’approprier leurs biens, de piller leurs richesses, d’y établir et imposer son mode de vie, sa culture, c’est un ENVAHISSEUR, et quand ils sont en nombre, c’est une INVASION

    Je vous laisse décider quels sont le ou les termes appropriés pour décrire les « migrants » actuels. Je penche pour les deux derniers, avec une tendance de plus en plus marquée pour le dernier.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :