France : le patron de l’anti-terrorisme condamné pour avoir diffamé un imam assigné à résidence !!!

Cinq cents euros d’amende. Pierre de Bousquet de Florian, chef de la nouvelle «task force» antiterroriste, a été condamné jeudi à 500 euros d’amende avec sursis pour avoir en 2015, lorsqu’il était préfet de l’Hérault, diffamé un imam assigné à résidence.

Dans Le Figaro du 9 décembre 2015, le préfet de l’Hérault affirmait que l’imam Mohamed Khattabi «a des paroles de haine contre notre mode de vie, pouvant être influentes sur les jeunes, il symbolise l’islam dont on ne veut pas dans ce pays». «Et si les perquisitions ont fait chou blanc sur le volet terroriste, elles auront au moins un mérite», ajoutait-il: débusquer «le fraudeur et le tricheur» qu’il est. «Il va être rattrapé par des poursuites judiciaires», pronostiquait-il.

L’imam a été condamné en mai 2016 à six mois de prison avec sursis pour recel de fraudes aux allocations et «travail dissimulé», condamnation dont il a fait appel, selon son avocat.

Jeudi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné M. de Bousquet de Florian, qui était absent à l’audience et n’a fait «connaître aucun moyen de défense», pour diffamation.

Il est en outre condamné à verser un euro de dommages et intérêts et 2.000 euros pour les frais de justice à l’imam. Ce dernier poursuivait également le préfet pour le contenu d’un ordre de perquisition, mais il s’agit d’un acte confidentiel qui ne peut faire l’objet de poursuites en diffamation, a jugé le tribunal.

Le texte attribuait à l’imam des «prêches anti-occidentaux, incitant au jihad et prônant l’usage de la violence».

Selon l’avocat de l’imam, Me Arié Alimi, son client figurait parmi les tout premiers assignés à résidence dans le cadre de l’état d’urgence instauré à la suite des attentats du 13 novembre. Son assignation a par la suite été abrogée.

Selon Me Alimi, son client est «très heureux que la justice ait condamné M. de Bousquet de Florian». Pour l’avocat, engagé contre l’état d’urgence, il s’agit d’un dossier emblématique de la majorité des mesures prises dans ce cadre, et «un excès de la communication outrancière et inefficace dans la lutte contre le terrorisme».

L’imam est «un peu orthodoxe», «pas du tout salafiste», mais n’a «strictement rien à se reprocher en matière de terrorisme ou de radicalité», affirme l’avocat, qui estime que les déclarations du préfet «ont certainement dû influencer la décision du tribunal correctionnel» de Montpellier qui a condamné son client.

Source : http://actu17.fr/justice-patron-de-lanti-terrorisme-condamne-diffame-imam/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :France, Languedoc Roussillon

1 réponse

  1. Ce que les propos de Monsieur Florian semblent indiquer, c’est qu’il ne comprend pas encore que l’islam dans sa totalité est incompatible avec la civilisation occidentale, et qu’il doit être au moins tenu en respect par des mesures drastiques, voire être banni de l’Europe complètement.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :