Italie : Monte Paschi sauvée mais l’UE met la pression sur les autres banques

La Commission européenne et le gouvernement italien ont conclu, ce 1er juin 2017, un accord de principe portant sur le plan de restructuration élaboré par Rome en mars dernier pour renflouer la banque italienne Monte Paschi di Siena (BMPS), maillon le plus faible d’un secteur bancaire italien qui menace toujours de s’écrouler.

Dans ce qui ressemble fort à une nationalisation de facto, comme le souhaitait le gouvernement italien, l’Etat prévoit d’injecter 6,6 milliards d’euros d’argent public dans les fonds propres de la banque en échange d’une participation d’environ 70% au capital. Restera encore, selon les informations rendues publiques à faire appel au marché pour trouver encore 2,2 milliards d’euros. Enfin, le plan prévoit de venir en aide aux 42 000 petits épargnants détenteurs d’obligations dépréciées et qui leur avaient été vendues par la banque (…)

La Monte Paschi n’est pas la seule malade du secteur bancaire italien, plombé par des créances douteuses, c’est-à-dire des prêts consentis à des agents économiques insolvables, qui pèsent aujourd’hui sur leurs bilans comptables.

Deux autres banques inquiètent les observateurs : la banque vénitienne Veneto Banca et la Banca Popolare di Vicenza, qui pour l’instant ne bénéficient pas de la même mansuétude de la part des instances européennes. Contrairement au plan prévu pour la Monte Paschi, la Commission européenne exige pour ces deux banques que le renflouement ne vienne pas seulement du trésor italien, mais aussi d’investisseurs privés.

De fait, depuis la mise en place du Mécanisme de supervision unique (MSU) européen en 2013, puis de l’Union bancaire européenne en avril 2014, le sort des banques des Etats membres, et de l’Italie en particulier, se joue directement à Bruxelles et à Francfort, siège de la BCE et du MSU.

Fin mars 2017, l’organisation non gouvernementale (ONG) Transparency International avait épinglé le pouvoir exorbitant de la BCE dans la gestion de la crise financière depuis 2008. «La BCE s’est avérée être l’acteur principal dans la crise de l’euro, avec un degré de latitude d’action extraordinaire», mais «sans la surveillance démocratique appropriée», avait estimé les auteurs du rapport publié le 28 mars.

Source : https://francais.rt.com/economie/39132-crise-bancaire-italienne-monte-paschi-accord-recapitalisation

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Italie

%d blogueurs aiment cette page :