(Vidéos) Nouvelle pression ukrainienne sur le front de Yasinovataya

(…) Sur cette vidéo de 6 minutes qui tente de résumer des heures passées sous le feu ennemi on peut apercevoir au début et à la fin des arrivées caractéristiques de munitions incendiaires, vraisemblablement des obus fusant chargés au phosphore blanc, ce que Kiev a toujours contesté malgré les évidences répétées depuis 2014…

Au cours de la seule journée du 20 mai alors que le nombre de violations du cessez le feu était retombé à 40/50 tirs par jour pendant la période de la « trêve » pascale, plus de 400 tirs ont été réalisés par l’armée ukrainienne, principalement dans la périphérie Nord et Ouest de Donetsk.

Au milieu de cette ligne de front Nord de Donetsk des habitants survivent depuis 3 ans adaptant leur quotidien au rythme des bombardements ukrainiens qui interviennent chaque nuit à partir du crépuscule et même parfois peuvent frapper les zones résidentielles en journée. Ces derniers jours, le village de Spartak situé entre l’aéroport et Yasinovataya a de nouveau été bombardé dans son quartier résidentiel, endommageant plusieurs maisons et l’école.

Dans ce village martyr, 77 habitants survivent depuis 3 ans, sans électricité ni gaz dormant dans les caves chaque nuit tandis que les obus de façon aléatoire et aveugle s’abattent en surface.

Vika est une jeune orpheline de 9 ans qui vit avec sa grand mère au milieu des décombres du village. Au mois d’avril, avec Guillaume Chauvin, un ami et photographe français venu plusieurs fois couvrir ce conflit du Donbass, nous avions rencontré cette petite princesse dont le courage n’a d’égal que sa fragilité d’enfant. Vika, entre les larmes et les sourires incarne cette espérance blessée du Donbass, mais qui reste debout malgré l’infamie criminelle de notre ploutocratie occidentale.

Aujourd’hui, 21 mai une série de bombardements ukrainiens est intervenue loin de la ligne de front, au centre du village. 5 obus de 152mm et 2 obus de 120mm qui sont tombés dans la cour où Marina et Vika les 2 enfants restant dans le village faisaient leurs devoirs d’école. Après 3 années de guerre, les 2 fillettes, toujours les sens en alerte, ont su identifier les arrivées et bondir se réfugier dans une cave toute proche avant les impacts.

Oktyabrsky, 21h00, l’électricité, un moment coupée par les bombardements proches est revenue dans la rue silencieuse d’Oktyabrsky…

La nuit sous les étoiles tousse à intervalles réguliers des crachats d’acier qui tracent de leurs détonations la ligne de front toute proche.

Plus loin vers le Nord Est des explosions plus sourdes parviennent de Yasinovataya.

La guerre tel un monstre de légende rampe et respire encore et toujours aux portes de la cité au millions de roses…

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Publicités


Catégories :Donetsk, Ukraine

%d blogueurs aiment cette page :