L’analyse du jour : réveille-toi Machiavel, ils sont devenus fous !

Il n’y a que trois solutions pour expliquer la folle attitude de Donald Trump envers l’Arabie Saoudite : soit il a trahi ses électeurs, soit il s’est soumis à l’Etat profond américain, soit il n’a rien compris. Les mauvaises langues diront que c’est tout à la fois. Car prétendre s’allier avec l’Arabie Saoudite, comme vient de le dire le président américain, pour lutter contre le terrorisme islamiste et la diffusion de l’extrémisme religieux musulman dans le monde c’est comme si demain on voulait s’allier avec la Corée du Nord pour promouvoir la démocratie ou avec l’Afghanistan pour promouvoir le droit des femmes et des homosexuels…

La position du président est non seulement ridicule et indécente elle est surtout dangereuse. Refuser de voir qui est son véritable ennemi ne peut que conduire à la catastrophe. A-t-il déjà oublié que la plupart des terroristes du 11 septembre étaient des Saoudiens ? A-t-il déjà oublié que l’Etat islamique et Al-Qaïda ont été et sont toujours financés par des réseaux saoudiens dont certains gravitent autour du pouvoir et des familles riches de cette dictature sanguinaire et rétrograde ? A-t-il déjà oublié que le pouvoir saoudien dépense chaque année des milliards de dollars pour diffuser son idéologie extrémiste à travers le monde et notamment dans les pays occidentaux ? Idéologie dont se réclament les terroristes de l’Etat islamique ou d’Al-Qaïda ! Non, de tout cela il n’a pas était question car Donald Trump a trouvé LE responsable : l’Iran.

A la limite tout cela ne serait pas si grave si cela ne concernait que les Etats-Unis. Hélas, ce que fait Washington, Bruxelles le recopie. Or, ce n’est pas l’Iran et les musulmans chiites qui envoient des terroristes dans les pays européens pour y commettre des attentats. Ce n’est pas l’Iran et les musulmans chiites qui sont responsables du déferlement migratoire sur le vieux continent et du chantage permanent qui l’accompagne. Ce n’est pas l’Iran et les musulmans chiites qui représentent une menace pour les intérêts des pays européens. Au contraire, l’Europe aurait tout à gagner à se rapprocher de l’Iran et du monde musulman chiite. Si l’Union européenne était une véritable puissance indépendante et soucieuse des intérêts des Européens elle ne manquerait pas de voir l’opportunité qu’une alliance avec le monde chiite pourrait lui offrir. L’opportunité dont rêve tout stratège ou diplomate et qui porte un nom : une alliance de revers.

La seule question qui vaille est de savoir si l’Union européenne est condamnée à poursuivre cette politique absurde qui consiste à vouloir transformer ses alliés (Russie, Serbie, Iran etc…) en ennemis et ses ennemis (Turquie, Arabie Saoudite, Qatar etc…) en alliés.

Publicités


Catégories :Belgique, Union européenne

1 réponse

  1. Le plus hallucinant fut sa déclaration selon laquelle l’Iran était derrière Daech et à son origine, alors que chacun sait qu’ils sont en guerre féroce.

    Votre conclusion est très juste, et cela fait très longtemps que je m’interroge sur ce fait. La seule réponse que j’y trouve est que cela sert les intérêts des USA,et uniquement les leurs: les Saoudiens et les Turcs sont bien loin et n’immigrent pas aux USA, cela ne les ennuient pas qu’ils mettent le bordel en Europe, au contraire maintenir l’Europe dans un semi-chaos, voire la détruire fait partie de leurs objectifs, en même temps qu’ils considèrent que leur principal compétiteur et donc cible stratégique reste la Russie comme depuis 180 ans. Ils sont de bons alliés contre elle, en particulier la Turquie, ennemi intime de la Russie depuis 3 siècles, et concernant l’Arabie son pétrole, et maintenant sa fortune sont des ressources vitales.

    Accessoirement nos dirigeants sont à leur service, pas au nôtre. Ils sont clairement sous leur influence, et même leurs agents, « notre homme » en Europe, pour accompagner ce processus de destruction de la civilisation européenne par l’islamisation.

    Alors que chez eux ils les contiennent sous un seuil inférieur à 1%, ailleurs ils les favorisent systématiquement depuis les années 40: Saoudiens, Frères musulmans, Algérie (dont ils ont poussé à l’indépendance), Kosovo, Bosnie, et maintenant Macédoine… à la seule condition qu’ils ne touchent pas à Israël. Ce qu’ils font tous. (les Saoudiens s’entendent très bien avec Israël – au moins au niveau officiel). On peut y ajouter l’Irak, la Syrie (élimination du parti laïcisant Baas), l’Afghanistan (création d’Al-Qaïda), le Pakistan (à qui ils ont donné la bombe), etc.

    Une telle constance dans le soutien à l’islam pourvu que ce soit ailleurs que chez eux (Israël inclus) et surtout chez nous ne peut être le fruit du hasard. Il y a une volonté derrière, une stratégie

    Est-ce cela qui a contraint Trump à s’exprimer ainsi en faisant volte-face, alors qu’il avait eu une analyse si pertinente pendant sa campagne, lorsqu’il avait dit « ces gens-là nous détestent, ils haïssent la civilisation occidentale »?

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :