Washington durcit le ton à l’égard de Moscou au sujet de la Géorgie

(…) les décisions prises par Donald Trump depuis son entrée à la Maison Blanche sont loin d’aller dans le sens voulu par Moscou. Par exemple, il ne s’est pas opposé à l’entrée du Monténégro dans l’Otan et la position américaine sur le dossier syrien n’est pas prête d’évoluer, surtout après l’attaque chimique de Khan Cheikhoun du 4 avril dernier, attribuée au régime de Bachar el-Assad par les Occidentaux. Même chose au sujet de l’Ukraine, où ligne fixée par l’administration Obama n’a pas été remise en cause, alors que l’ex-magnat de l’immobilier avait laissé entendre, durant la campagne électoral, qu’il serait prêt à reconnaître l’annexion de la Crimée.

Mieux encore : s’agissant de la Géorgie, l’administration Trump est allée encore plus loin que celle du président Obama. Après la guerre qui opposa Tbilissi à Moscou en août 2008, deux régions sécessionnistes géorgiennes, à savoir l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, proclamèrent leur indépendance pour ensuite conclure des accords de partenariats stratégiques avec la Russie. Accords critiqués par les États-Unis et l’Union européenne et dénoncés par le gouvernement géorgien qui parla « d’annexion de facto » de ces territoires.

À l’occasion d’une visite, à Washington, du Premier ministre géorgien, Giorgi Kvirikashvili, le Los Angeles Times a relevé une disposition figurant dans un document de plus de 700 pages (le « Consolidated Appropriations Act ») qui, publié par la Maison Blanche, durcit le ton à l’égard de Moscou.

Ainsi, ce texte, qui parle « d’occupation russe de territoires géorgiens d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud », interdit le financement de tout État qui encourage cette « occupation » et « viole la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Géorgie ».

Ce document, adopté par le Congrès et signé par le président Trump le 6 mai, va encore plus loin. « Sur les fonds affectés par la présente loi sous les rubriques ‘assistance pour l’Europe, l’Eurasie et l’Asie centrale’, ‘Contrôle international des stupéfiants » et ‘programme de financement militaire étranger’, pas moins de 100.000.000 dollars seront mis à disposition pour aider à contrer l’influence et l’agression russes dans les pays d’Europe et d’Eurasie. »

Aussi, le chef du gouvernement géorgien n’a pas manqué de s’en réjouir, soulignant que le terme « occupation » était utilisé pour la première fois par les États-Unis pour qualifier la situation en Ossétie du Sud et en Abkhazie. En outre, il ne repartira pas de Washington les mains vide étant donné qu’il a signé un accord visant à améliorer les échanges en matière de renseignement, à renforcer la coopération en matière de contre-terorrisme et à accroître l’interopérabilité des forces géorgiennes avec celles des pays membres de l’Otan.

Source : http://www.opex360.com/2017/05/11/washington-durcit-le-ton-legard-de-moscou-au-sujet-de-la-georgie/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Géorgie

%d blogueurs aiment cette page :