L’analyse du jour : madame folledingue a-t-elle trouvé son amant ?

On connaît l’attirance d’Emmanuel Macron pour les femmes mûres. Cela tombe bien, madame folledingue (alias Angela Merkel) en est une. Et un véritable coup de foudre semble s’opérer entre les deux laissant deviner que sous cet attelage l’Europe plongera vers davantage de mondialisme, de libéralisme et de haine de soi.

Si Angela Merkel et son gouvernement ne cachent plus leur soutien explicite au candidat d' »En Marche ! », Emmanuel Macron de son côté avait déjà affirmé il y a plusieurs semaines qu’en matière d’immigration il aurait commis la même folie que la chancelière : à savoir accueillir des centaines et des centaines de milliers de clandestins et qu’il ne trouvait rien à redire à ce suicide collectif. Cette semaine il a été encore plus clair, une fois n’est pas coutume. Si il devient président il ne faudra pas compter sur lui pour s’opposer à l’hégémonie allemande en Europe : « Je ne vais pas dire aux Français que je vais défendre leurs intérêts face à Berlin ». CQFD.

Et les deux amants tout à leur lune de miel vont sans aucun doute constituer un duo infernal pour les amoureux de l’identité européenne. Tout comme la chancelière, le pas encore Président de la république veut en découdre avec la Pologne et la Hongrie. C’est-à-dire avec les deux nations de l’Union européenne qui résistent au suicide de notre civilisation. Ce n’est donc pas un hasard si Emmanuel Macron a lancé hier une offensive contre ces deux pays. Il s’agit d’un nouveau signe lancé à sa maîtresse ainsi qu’aux mondialistes et remplacistes qui le soutiennent comme Georges Soros dont l’influence néfaste est clairement combattu dans son pays par le Premier ministre hongrois. Emmanuel Macron a ainsi annoncé qu’il voulait des sanctions contre la Pologne et la Hongrie en raison de leur refus d’accueillir des migrants et d’engager le remplacement de leurs peuples. Emmanuel Macron souhaite aussi que les cas de la Pologne et de la Hongrie soient examinés en profondeur : « Je veux que sur le non-respect des droits et des valeurs de l’Union européenne, des sanctions soient prises. Les traités le prévoient. On ne peut pas avoir une Europe qui débat de la décimale après la virgule et qui, lorsque vous avez un pays membre qui se comporte comme la Pologne ou la Hongrie, sur des sujets liés à l’université, aux réfugiés, à nos valeurs fondamentales, on décide de ne rien faire. » Voilà qui promet pour l’avenir. Européens vous êtes priés de vous suicider ou bien nous vous sanctionnerons ! CQFD.

D’ailleurs Emmanuel Macron a parfaitement résumé le fond de sa pensée sur ce sujet de l’identité. On savait déjà que pour lui la culture française n’existait pas mais il est allé encore plus loin dans le négationnisme.

Avec Angela Merkel, ils étendront cette vision mortifère à l’ensemble de l’Europe. N’en doutez pas une seule seconde… Les croque-morts de l’identité européenne fourbissent déjà leurs armes.

Publicités


Catégories :France

1 réponse

  1. ;-)!!!

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :