L’analyse du jour : en France il est vrai que la justice est aveugle

Un jour il faudra bien que le peuple français finisse par demander des comptes à la justice et à ses magistrats. Le procès qui s’est déroulé cette semaine est un nouvel exemple du dysfonctionnement de cette institution. Un individu, Sid Ali, dont le père était un terroriste du GIA impliqué dans le sanglant attentat du RER à Saint-Michel en 1995 qui avait fait 8 morts et 117 blessés, a été jugé pour avoir proféré des menaces à l’encontre d’une policière.

«Je vais te tuer te mettre dans un hachoir, te manger, et boire tout ton sang à la paille», «je vais te tuer avec une Kalachnikov», «je vais passer à l’acte, trouver des armes si vous me trouvez pas un logement», «je me souviendrai de ton visage, tu vas être orpheline, je vais revenir avec une kalachnikov et Noisy-le-Grand va être comme les Champs Elysées… Boom».

On voit que les leçons du papa ont été bien retenues… Soulignons que les dernières menaces ont été prononcées au commissariat de Noisy-le-Grand où cet homme n’a pas apprécié… le regard d’une policière. Et cerise sur le gâteau il a également promis de «faire un mort de plus qu’Anders Breivik», le terroriste qui a fait 77 morts en 2011 en Norvège.

Face à ce poète le procureur est une femme. Notons que le procureur est supposé être celui qui est le plus dur vis-à-vis de l’accusé. Celui qui va requérir une peine. La procureure pose plusieurs questions à l’accusé : «Vous avez un problème avec les femmes, Monsieur ?». «Qu’est ce qu’elle a, la policière, pour que vous lui disiez ça ? Elle n’a pas le droit de vous regarder ? Et moi non plus ?». Ce dernier répond «C’est pas le même regard». Et la procureure de conclure «Il va falloir redescendre et gérer la frustration autrement que par la menace» puis réclame 30 mois de prison.

Vilain garnement va. C’est pas bien. Il ne faudra pas recommencer. On croît rêver !!! Quant à la peine demandée au regard de la dangerosité de cet homme elle est tout simplement ridicule lorsqu’on sait que la plupart des prisonniers n’effectuent que la moitié ou les deux tiers de leurs peines.

Pourtant l’enquête de police a bien stipulé que cet homme avait une «haine de la France». Et que dire de son passé judiciaire… Vingt-six condamnations depuis 2001, dont 9 menaces de mort, une apologie du terrorisme, 5 outrages… Mais qu’à cela ne tienne. En dépit du pedigree de l’individu, qui n’est pas sans rappeler celui de nombreux terroristes qui sont passés à l’acte depuis fin 2014, le tribunal va être extrêmement clément. Trouvant sans doute la demande de la procureure exagérée, le tribunal prononce en effet… 15 mois de prison.

Reste à savoir ce que fera dans 15 mois cet individu, pour peu qu’il effectue sa peine jusqu’au bout, qui pourra alors circuler librement dans nos rues. Mais de cela apparemment la justice s’en moque comme de sa première chemise.

Publicités


Catégories :France

%d blogueurs aiment cette page :