« On est en plein dans la stratégie de tenter petit à petit d’expulser les Serbes du Kosovo »

La création d’une armée du Kosovo serait non seulement une entrave aux décisions de l’ONU mais aggraverait les tensions dans la région tout en forçant des milliers de Serbes à s’enfuir, estime le politologue franco-serbe Nikola Mirkovic.

Nikola Mirkovic est un géopolitologue franco-serbe spécialiste des Balkans. Il est l’auteur de l’ouvrage Le Martyre du Kosovo (Editions Jean Picollec).

RT France : Le président kosovar Hashim Thaçi a lancé le projet de transformer les Forces de sécurité du Kosovo en une véritable armée nationale et professionnelle. Cette évolution inquiète aussi bien le premier ministre serbe Aleksandar Vucic que l’OTAN. Ont-ils selon vous raison d’être inquiets ?

Nikola Mirkovic (N. M.) : Ils ont tout à fait raison. Il faut comprendre que c’est une entrave à la résolution 1244 de l’ONU. On sait très bien que le gouvernement actuel du Kosovo ne fait pas grand état de cette résolution, ce qui n’empêche pas cette situation de représenter un danger. Elle prévoit in fine le retour de l’armée serbe au Kosovo. Il est évident aujourd’hui que c’est un vœu pieu – qui serait d’ailleurs dangereux – mais à aucun moment il n’a été envisagé que les Albanais du Kosovo puissent avoir leur propre armée. Il ne faut pas oublier que le Kosovo n’est pas reconnu comme un Etat indépendant par une grande partie de la planète. La Russie comme l’Algérie, la Chine, le Brésil ou même le Vatican ne le reconnaissent pas. Il me semble dangereux qu’un Etat qui n’est pas reconnu par la moitié de la planète ait sa propre armée. D’autant plus au vu de la situation albanaise dans les Balkans en ce moment.

RT France : Si ce projet arrivait à son terme, quelles pourraient être les conséquences pour la région ? Doit-on s’attendre à un retour des tensions et des violences ?

N. M. : Je pense que cela pourrait être fatal à cette région et aux relations entre les différents pays balkaniques. On sait déjà que ces relations sont très compliquées. Il y a encore des sujets sur lesquels les Albanais de Pristina et les Serbes de Belgrade n’arrivent pas à se mettre d’accord. Ils discutent notamment des questions d’énergie, de justice et de scolarité. Ce sont des processus longs. Les autorités des deux pays se sont mises d’accord devant les instances internationales pour essayer d’avancer sur ces sujets et tout d’un coup, les Albanais parlent d’une armée qui ne fait pas du tout partie de la plateforme de discussions entre Pristina et Belgrade. C’est donc extrêmement mal vu par les Serbes. Imaginez une force armée indépendante dans ce qu’ils considèrent comme leur propre Etat et territoire. Cela envenimerait la situation et exacerberait les tensions qui sont déjà à fleur de peau aujourd’hui dans la région. Que ce soit au Monténégro avec les problèmes de frontières avec le Kosovo ou que ce soit en Macédoine avec la plateforme de Tirana, où le gouvernement albanais essaie d’imposer ses vues au président macédonien. Cette armée ne ferait pas de bien à la région d’autant plus qu’elle serait formée par d’anciens combattants de l’UCK (Armée de libération du Kosovo).

RT France : Quel serait l’avenir des dizaines de milliers de Serbes qui vivent au Kosovo ?

N. M. : On considère aujourd’hui – bien qu’il soit difficile d’avoir un chiffre exact – que 100 000 à 150 000 Serbes vivent aujourd’hui au Kosovo. Officiellement, Hashim Thaçi dit vouloir une armée multi-ethnique. En réalité, aucun Serbe ne pourrait servir dans cette armée qui serait dirigée par des combattants de l’UCK qui ont décimé des milliers de Serbes. Il leur serait d’ailleurs difficile de rester au Kosovo. Si un jour, l’Etat obligeait par une conscription les Serbes à servir dans cette armée, cela ne serait pas possible pour eux. On est en plein dans la stratégie de tenter petit à petit d’expulser les Serbes du Kosovo. Depuis l’opération de bombardement totalement illégale de l’OTAN en 1999, plus de 200 000 Serbes ont déjà fui le Kosovo. On sait que les Albanais au pouvoir aujourd’hui rêvent de se débarrasser définitivement des Serbes qui sont perçus comme le talon d’Achille de leur stratégie politique et nationaliste à travers les Balkans (…)

Source : https://francais.rt.com/opinions/35084-creation-armee-professionnelle-kosovo-fatal-balkans

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Advertisements


Catégories :Kosovo, Serbie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :