France : Emmanuel Macron assume l’ouverture des frontières à l’immigration

La campagne des élections présidentielles est totalement obérée par les «affaires», au point d’étouffer un sujet essentiel qui conditionne l’avenir de la France et de l’Europe, largement passé sous silence: l’immigration. Emmanuel Macron se rend pour la seconde fois depuis le début de l’année en Allemagne pour rencontrer Mme Merkel. L’événement est de taille car il manifeste un aspect essentiel de son projet. L’ancien ministre de l’économie de François Hollande est un partisan déclaré de l’ouverture des frontières.

Lors de son passage à Berlin en janvier, il s’était clairement démarqué de la position du gouvernement en louant la politique d’accueil de Mme Merkel qui avait ouvert le territoire allemand à un million de migrants ou réfugiés en 2015. Il l’a remerciée d’avoir «sauvé nos valeurs communes». En revanche, il reprochait à l’Europe de n’avoir pas «réagi comme elle aurait dû à ce moment-là» en refusant les quotas d’accueil par pays que la chancelière souhaitait mettre en place. Il s’opposait frontalement à la position du Premier ministre Manuel Valls, qui lui, refusait l’accueil inconditionnel jugeant la politique de Mme Merkel «pas tenable dans le temps». Par ce positionnement, M. Macron s’est attiré les faveurs de Daniel Cohn Bendit qui le qualifiait de «premier grand responsable français à sauver l’honneur» sur ce dossier.

L’ancien conseiller et ministre de M. Hollande est allé beaucoup plus loin dans la volonté d’accueil: il a par la suite clairement condamné l’accord entre l’Europe et la Turquie, négocié par Mme Merkel, destiné à contenir l’afflux par la mer Egée, le qualifiant de «très mauvais accord» (Die Welt, 14 janvier).

Il faut voir dans ces positions d’Emmanuel Macron un positionnement idéologique clair en faveur du sans-frontièrisme et d’une large ouverture de l’Europe et de la France à l’immigration. Son engagement à ce titre est sincère et conforme à un certain courant de pensée qui voit dans l’augmentation sans limite du flux migratoire à la fois un formidable atout économique et l’accomplissement d’un devoir moral de l’Europe et de la France. Il rompt ainsi avec une tradition réaliste de la gauche républicaine, représentée par Manuel Valls, qui depuis Michel Rocard en 1991, estime que la France «ne peut pas accueillir toute la misère du monde».

Se plaçant du point de vue des idéologues qui subliment le fait migratoire comme un bien en soi, M. Macron ferme les yeux sur les difficultés de l’accueil: le chaos des banlieues, la difficultés à trouver un emploi pour les nouveaux arrivants dans un pays qui compte 5,5 millions de chômeurs, la ghettoïsation des populations étrangères, la crise du logement (2,4 millions de sans logis ou mal logés selon la fondation abbé Pierre), la situation du Calaisis, les squats et les bidonvilles qui se répandent dans la capitale elle-même, à terme la poussée du communautarisme et du racisme sous toutes ses formes en France et l’impuissance de l’Etat, paralysé dans la lutte contre l’immigration illégale.

Avec lui, si l’on en juge par son discours, il ne fait guère de doute que la France aurait dû accepter les quotas de Mme Merkel, c’est-à-dire de recevoir bien plus que les 20 000 migrants que le gouvernement de M. Valls s’est engagé à prendre en charge.

Tandis que les flux migratoires sur le territoire français sont en nette augmentation ces derniers temps (220000 migrants réguliers en 2016 et plus de 80 000 demandeurs d’asile), M. Macron est sur une ligne qui vise à développer encore davantage cet accueil, en refusant de lui apporter des limites ni de tenir compte de des capacités d’accueil de la France (…)

Source : http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/03/16/31001-20170316ARTFIG00132-migrants-emmanuel-macron-sur-la-meme-ligne-qu-angela-merkel.php

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :France

2 réponses

  1. Si Macron est élu il n’aura pas à ouvrir les frontières elles le sont déjà …

    J'aime

  2. ce macron est dangeureux j’espère qu’il n’arrivera pas ce serait la fin de la france avec les frontieres ouvertes

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :