Allemagne : dans la crèche de Gröpelingen l’allemand est une langue étrangère. Sur 100 enfants, 90% sont issus de l’immigration

2263840_1_dossierdetail_58a9ea1061bde_58a9ea106abe3Sur 100 enfants qui fréquentent une crèche à Gröpelingen 90% sont issus de l’immigration. Comment les éducatrices gèrent-elles cette situation ? Une visite sur place.

Plus d’un tiers des enfants de l’école enfantine de Brême nécessite un soutien linguistique. Dans certains quartiers de la ville, les enfants ont démontré nettement plus de difficultés en allemand. Gröpelingen se distingue en particulier: Dans ce quartier de ville dans l’ouest de Brême, selon le test Cito, 60% des enfants d’âge préscolaire, un besoin spécifique au niveau du langage est attesté.

Nadja Schade, éducatrice à la crèche « Schwarzen Weg », apprend à présent comment se nomme les parties du corps en turc. Elle se renseigne auprès des enfants si elle le prononce correctement. Deux garçons turcs l’aident et articulent les mots avec enthousiasme. Durant ce moment où elle répète les mots turcs, les garçons réitèrent aussi les mots allemands.

« Pour les enfants c’est bien lorsque c’est aussi une fois difficile pour moi, lorsque je ne connais pas les mots » déclare Schade. Les deux garçons parlent à présent déjà plutôt bien l’allemand. D’autres enfants du groupe sont encore à leurs débuts dans l’apprentissage de la langue allemande. La fille syrienne nommée Nora est seulement depuis avril avec ses parents en Allemagne et depuis septembre à la crèche. Nora ne parle pas encore, comprend quand même beaucoup de choses et connaît les règles de l’institution.

Dans le groupe 17 enfants viennent des familles migrantes et 3 enfants sont allemands. Beaucoup d’entre eux parlent à la maison turc, kurde ou arabe. Mais il y a aussi des enfants de familles bulgares et d’Afrique du Nord. Le fait que si peu d’enfants sachent parler allemand n’est pas lié à l’arrivée des réfugies dans les deux années précédentes. Selon les données de la crèche, sur 100 enfants seulement 6 proviennent de familles en fuite qui viennent d’arriver tout récemment en Allemagne. 4 enfants sur 5 viennent de familles migrantes de deuxième et troisième génération.

Il devient évident aussi dans les crèches que l’allemand est très peu parlé dans les familles à Gröperlingen. « Or pour les parents qui maîtrisent peu l’allemand, il est préférable qu’ils parlent dans leur langue maternelle avec l’enfant et que l’enfant apprenne plus tard l’allemand comme deuxième langue à la crèche » dit Martina Behrens-Lambertus (éducatrice spécialisée), laquelle travaille dans la crèche comme soutien linguistique. Sa place (à mi-temps) est financée par un programme spéciale de l’Etat.

Les éducatrices montrent, expliquent, lisent et à la maison, elles se font des petits billets pour les termes importants dans la langue des enfants de leur groupe. « Il est important que nous connaissions quelques mots afin de bâtir la confiance » dit Nadja Schade. Et dans les premiers jours, il est souvent essentiel que la communication soit possible.

Les barrières de langues ne sont pas les seuls obstacles pour de nombreux enfants. « Tous les parents souhaitent un bon avenir pour leur enfant » dit Schade. Mais malgré cela, pour beaucoup l’instruction au quotidien n’est pas centrale – de nombreuses familles s’efforcent d’assurer la sécurité d’existence. Et dans quelques familles, il y a également des problèmes avec la nourriture: « Les lundis à la crèche, il y a toujours quelque chose de particulièrement nourrissant, parce qu’on se rend déjà compte que chez certains enfants durant le week-end c’est un peu juste ».

« Durant la petite enfance, l’acquisition du langage est encore simple », dit la directrice Ulrike Kleinert. Elle déclare aussi : 22 des 30 enfants de sa crèche nécessitent du soutien. La directrice souhaite davantage d’espaces de différenciation afin de pouvoir sortir une partie des enfants du groupe. Elle désire que les groupes ne soient pas si grands afin d’avoir plus de temps pour accompagner les enfants au niveau de leur langage au quotidien. Actuellement les enfants avec des besoins spécifiques passent environ 2 heures par semaine en soutien linguistique individuel – une fraction du temps total en crèche (…)

Un élément est clair: La promotion de langue allemande reste importante même après la crèche.

La situation dans la crèche « Schwarzen Weg » sera à peine plus simple dans l’avenir. « Le fait que les enfants apprennent chez nous l’allemand, augmentera encore », dit Kleinert.

« L’année prochaine, il est prévisible qu’il n’y aura pratiquement plus d’enfants pour lesquels l’allemand est la langue maternelle principale ».

Dans le même temps, dès l’été, 40 places supplémentaires doivent être créées. Pour cela, des containers seront installés sur le terrain. Toutefois, pour le moment, aucun buisson n’a été abattu pour ce projet, les travaux de construction sur le terrain n’ont pas encore commencé.

Sources : – http://lesobservateurs.ch/2017/02/26/allemagne-creche-a-gropelingen-lallemand-est-une-langue-etrangere-sur-100-enfants-90-sont-issus-de-limmigration/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

http://www.weser-kurier.de/bremen/bremen-stadtreport_artikel,-Alltag-in-Groepelinger-Kita-Deutsch-als-Fremdsprache-_arid,1553410.html

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Allemagne, Villes hanséatiques

%d blogueurs aiment cette page :