Émeutes en banlieue parisienne : la police craint la contagion

1702130316320104L’affaire du jeune Théo, 21 ans, malmené par la police à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le 2 février dernier, peut-elle réveiller le spectre des grandes émeutes de 2005? La question évidemment effleure les autorités à mesure que s’enracine la protestation contre les «violences policières».

(…) Samedi, en fin d’après-midi, à Bobigny, un rassemblement sous les fenêtres du palais de justice a viré à la guérilla urbaine. De multiples incidents ont aussi été relevés un peu partout dans le département, justifiant 37 interpellations au total. Il y a eu d’autres dans le 93 depuis bientôt plus d’une semaine. «Rien qu’à Bobigny, les unités de forces mobiles engagées samedi soir ont dû tirer plus de 100 grenades lacrymogènes pour faire reculer les assaillants!», révèle un gradé des CRS. Dans le Val-de-Marne, le domicile du syndicaliste policier qui a déclaré sur un plateau de télévision trouver le terme raciste «bamboula» «à peu près convenable» fait l’objet d’une «sécurisation», par peur de représailles. Le policier soupçonné de viol lors de l’interpellation d’Aulnay est, quant à lui, ouvertement menacé de mort sur les réseaux sociaux.

(…) Les services de renseignement glanent tout ce qu’ils peuvent pour tenter d’anticiper les troubles. Un SMS, par exemple, appelle à un rendez-vous devant la mairie de Drancy pour en découdre avec les «keufs», au nom de «Théo, Adama, Zyed, Bouna».

Pour l’heure, les échauffourées où s’illustrent les bandes restent circonscrites au 93 : Aulnay, Bobigny, Tremblay-en-France, Le Blanc-Mesnil, Stains, Neuilly-sur-Marne. Mais un préfet le dit: «Le risque de contagion ne saurait être négligé.» D’autant que la liste des grandes villes françaises où se déroulent des manifestations s’allonge : Nantes, Rennes, Bordeaux, Rouen, Toulouse, Marseille, avec souvent des débordements à la clé. À Paris, vendredi soir, 150 manifestants mobilisés via les réseaux sociaux par des mouvements d’extrême gauche s’étaient rassemblés aux Halles, dans une ambiance très tendue. Le centre commercial avait été plongé dans un nuage de gaz lacrymogène (…)

Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/02/12/01016-20170212ARTFIG00215-emeutes-un-risque-latent-de-contagion.php

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Advertisements


Catégories :Île-de-France, France

%d blogueurs aiment cette page :