Finlande (vidéo) : la police invite les enfants à dénoncer les parents qui critiquent le gouvernement sur internet

1984-620x412Le système socialiste occidental est aux abois et ce que les médias d’état qualifient de « populisme » constitue, à leurs yeux, un danger majeur : les peuples blancs se réveillent et le risque d’une révolution générale se précise chaque jour un peu plus. Conséquence : des mesures policières de type totalitaires sont progressivement mises en place.

Nos lecteurs se demanderont si par le terme « totalitaires », nous n’exagérons pas. Qu’ils en jugent par ce clip vidéo réalisé à destination des enfants par la police finlandaise. En substance, les forces de sécurité du pays demandent aux enfants de surveiller leurs parents et, si ces derniers critiquent le gouvernement, de les dénoncer immédiatement à l’État.

Ce que vous venez de voir était une procédure standard dans les régimes communistes d’Europe de l’Est ou de Russie soviétique.

Dans le clip, on peut notamment entendre mis en chanson le slogan suivant :

« Quand vous mettez une insulte abominable sur internet, vous devrez bientôt payer une énorme amende… Attention, attention, attention ! Ne mettez rien de stupide sur les réseaux sociaux, s’il vous plaît !

La petite fille, habillée en policière, invite les enfants visés par le clip à devenir des auxiliaires de police contre leurs propres parents, dans leur intimité.

L’exemple de Pavlik Morozov

Selon » l’histoire » officielle de l’U.R.S.S., en 1932 Pavlik Morozov, un jeune garçon d’un village de l’Oural, dénonce son père au NKVD, la police politique, pour des menées contre révolutionnaires. Le père fût condamné à 10 ans de camp. Sans doute disparût-il dans un camp de travail du Goulag ou dans une prison désolée de l’enfer stalinien.

Quelques mois plus tard, en septembre 1932, Pavlik et son frère Fyodor âgé de 9 ans sont retrouvés assassinés dans les bois. Le meurtre fût attribué à ses grands-parents, oncles et cousins, qualifiés de » nid de Koulaks « , et à leur tour ils furent condamnés et exécutés.

Le mythe du héros Pavlik Mozorov pouvait prendre son essor. Pourvu du titre officiel de « Héros des pionniers de l’Union soviétique, informateur 001 », il fût des années durant promu exemple pour la jeunesse soviétique.

Le culte de Pavlik Morozov se développa par la suite pour éduquer les enfants à la haine et à l’idée que « tous les frères ne sont pas des frères », inculquant une morale impitoyable. La personnalité de Pavlik Morozov fût bien sûr trafiquée à des fins de propagande.

Une statue dédiée à l’Informateur 001 Pavlik Morozov, était érigée à Moscou jusqu’en 1991, non loin de l’ambassade américaine. Une nuit d’août 1991, elle a été renversée par la foule.

« Les Espions » dans 1984

Dans son roman « 1984 », George Orwell évoque un système totalitaire où les enfants sont très tôt recrutés par l’État et le Parti comme espions. Extraits (source) :

Cette pauvre femme, pensa Winston, doit vivre dans la terreur de ses enfants. Dans un an ou deux, ils surveilleront nuit et jour chez elle les symptômes de non-orthodoxie. Presque tous les enfants étaient maintenant horribles. Le pire c’est qu’avec des organisations telles que celle des Espions, ils étaient systématiquement transformés en ingouvernables petits sauvages. Pourtant cela ne produisait chez eux aucune tendance à se révolter contre la discipline du Parti. Au contraire, ils adoraient le parti et tout ce qui s’y rapportait : les chansons, les processions, les bannières, les randonnées en bandes, les exercices avec des fusils factices, l’aboiement des slogans, le culte de Big Brother. C’était pour eux comme un jeu magnifique. Toute leur férocité était extériorisée contre les ennemis de l’État, contre les étrangers, les traîtres, les saboteurs, les criminels par la pensée. Il était presque normal que des gens de plus de trente ans aient peur de leurs propres enfants. Et ils avaient raison. Il se passait en effet rarement une semaine sans qu’un paragraphe du Times ne relatât comment un petit mouchard quelconque – « enfant héros », disait-on – avait, en écoutant aux portes, entendu une remarque compromettante et dénoncé ses parents à la Police de la Pensée.

Cet effort vise à faire de l’État et de l’idéologie officielle qu’il porte le détenteur exclusif de l’autorité et du lien social. Les cellules naturelles comme la famille, capables de résister à la loyauté exigée par le gouvernement, sont progressivement détruites par un embrigadement actif de la jeunesse.

Ce qu’entreprend la Finlande s’élargira bientôt à d’autres pays. Le système globaliste n’entend pas laisser les nations blanches et chrétiennes se révolter contre leur plan d’asservissement dont la destruction raciale et identitaire est un élément central. Cet appel à la dénonciation vise tous ceux qui, sur Facebook, s’opposent au remplacement de population et au gouvernement qui le met en place.

Source : http://breizatao.com/2017/01/19/finlande-la-police-invite-les-enfants-a-denoncer-les-parents-qui-critiquent-le-gouvernement-sur-internet-video/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Advertisements


Catégories :Finlande

%d blogueurs aiment cette page :