Hongrie : Viktor Orbán poursuit ses réformes économiques en vue d’une nouvelle «révolution industrielle»

20161124_kar1742-740x431Fort de ses succès économiques – taux croissance prévu pour 2016 de 2,1% ; dette en baisse évaluée à 75% du PIB – la Hongrie continue ses réformes pour améliorer sa compétitivité et répondre au problème de l’émigration des jeunes en particulier. En effet, les bas salaires et par endroits, l’absence d’emplois, poussent les jeunes Hongrois à quitter en masse le pays pour aller travailler en Europe occidentale, bien que cette tendance soit à la baisse.

Le taux de chômage est d’ailleurs tombé à son plus bas historique depuis le changement de régime : 4,7%. Entre août et octobre 2016, le nombre de personnes employées âgées de 15 à 74 ans a augmenté de 138.000, passant à 4,404 millions, ce qui constitue également un record historique.

Mi-novembre, le ministre de l’Economie, Mihály Varga, a annoncé qu’en 2017, le gouvernement allait abaisser l’impôt sur les sociétés de 19% (10% pour les entreprises aux bénéfices annuels inférieurs à 1,6 millions d’euros) à 9%. Ce taux sera unique, et sera donc appliqué à toutes les sociétés.

Le plan annoncé par le gouvernement prévoit également de baisser les impôts sur les ménages, déjà les plus faibles d’Europe à 15%. Le parlement a déjà approuvé le budget de 2017, pour le moment le gouvernement hongrois n’a pas précisé quand un vote sur la mesure aura lieu, indique le Financial Times. De nombreuses entreprises étrangères, en particulier les fabricants d’automobiles allemands, ont déjà de nombreux avantages fiscaux (…)

Enfin, le gouvernement a négocié avec les organisations patronales et salariales pour mettre en place une hausse massive des salaires. Le gouvernement veut notamment augmenter de 15% le salaire minimum, qui passera donc (en net) de 240€ à 275€, et il montera en 2018 à 295€. Lorsque que Viktor Orbán est arrivé au pouvoir en 2010, le salaire minimum net était d’environ 215€. Le salaire minimum des travailleurs qualifiés va lui augmenter de 25% en 2017, pour passer de 275€ net aujourd’hui à 390€ en 2018.

Le premier ministre Viktor Orbán a déclaré suite aux négociations fructueuses avec les représentants patronaux et salariaux que ces réussites ne sont pas dues à la chance, ni au FMI, ni à des tendances économiques internationales. « Des millions de Hongrois ont travaillé dur ces dernières années pour la possibilité d’une augmentation des salaires, c’est une grande réussite ». « Non seulement nous arriverons à avoir des emplois ici, mais en plus, cela vaudra la peine de travailler ici, » a-t-il rajouté.

« Cet accord a créé les conditions pour que la Hongrie rentre dans une nouvelle révolution industrielle » a dit le premier ministre conservateur hongrois, selon qui une véritable révolution technologique arrive, comparable à la révolution industrielle, et qui va bouleverser les économies modernes (…)

Source : http://visegradpost.com/fr/2016/11/29/viktor-orban-poursuit-ses-reformes-economiques-en-vue-dune-nouvelle-revolution-industrielle/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards



Catégories :Hongrie

1 réponse

  1. Franchement, il n’a pas besoin de l’UE, les pays du groupe de Visegrad pourraient très bien vivre sans l’UE et même attirer d’autres pays comme l’Autriche (s’ils ferment leurs frontières).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :