France : déclaration choc du chef d’état-major de l’armée de terre française

jean-pierre_bosser_par_claude_truong-ngoc_septembre_2015La France va continuer à mobiliser longtemps 10 000 soldats en armes dans les villes, les sites touristiques, les écoles du pays. « Nous n’avons pas le choix », affirme le chef d’état-major de l’armée de terre, Jean-Pierre Bosser. « Nos frontières ne nous protègent plus. Il n’y a plus de distinction entre le lieu de la guerre et le lieu de la paix, l’homme de la guerre et l’homme de la paix. C’est un changement majeur », a insisté le général mardi 20 septembre lors d’une intervention à l’Ecole militaire, à Paris. En évoquant les profils des derniers auteurs d’attentats, des jeunes Français ordinaires, il a ajouté à propos du nouvel « ennemi » lié au terrorisme djihadiste : « Il a étudié dans nos écoles avec nos enfants. Demain il aura porté nos uniformes. » (…)

Source : http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/09/21/terrorisme-demain-l-ennemi-aura-porte-nos-uniformes-affirme-le-chef-de-l-armee-de-terre_5001289_3224.html

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :France

2 réponses

  1. Je crois que notre chef d’état major Jean-Pierre Bosser d’après l’aperçu, s’exprime prudement, humblement, il est un sur un poste difficile, trop dépendant du président de la république. Ce qu’il pense ou en pense, c’est peut être pas ce qu’il dit. Un militaire se doit d’être un réaliste même si des exemples me contredisent. Simple hypothèse qu’il veille dire -« tant que le guignol sera au commandes j’ai pas le choix », -« et si vous saviez les gars comme ont est dans la m. jusqu’au cou… tellement qu’ils n’ont pas laissé choisir qui rentrait chez nous », »- qu’ils s’y sont installés comme chez eux chez nous, au point qu’ils ramènent leur bordel avec… », « – et pire encore, c’est que DÉJÀ ils portent nos uniformes… » ça, ça serait bien voir mais être mal vu!

    J'aime

  2. Bien vu… Il en était de même pour Benoît Puga qui avait voulu rester pour limiter les dégâts…

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :