L’armée suédoise est officiellement de retour de façon permanente sur l’île de Gotland

baltique-20160915En raison de l’intensification des activités militaires russes dans la région de la Baltique, consécutive à l’annexion de la Crimée, la Suède, qui n’est pas membre de l’Otan, a décidé d’augmenter son effort de défense et de remilitariser la stratégique île de Gotland que ses forces armées abandonnèrent après la fin de la Guerre froide.

Il s’agit-là d’un tournant pour Stockholm. Jusqu’alors, la tendance était à la baisse continue des dépenses militaires (…)

Désormais, la question d’une adhésion de la Suède à l’Otan est désormais posée, ce qui n’est pas vu d’un très bon oeil du côté de Moscou, où l’on a promis aux autorités suédoises des « représailles » si cette perspective devenait réalité.

En attendant, l’heure est donc à la remontée en puissance des forces suédoises, lesquelles ne comptent plus que 150 avions de combat (contre 400 dans les années 1990) et 7 bataillons (contre 116). Et cela passe aussi par une présence militaire permanente sur l’île de Gotland. Ce retour a été officialisé le 14 septembre par le général Micael Bydén, l’actuel chef d’état-major suédois.

« La situation autour de nous a empiré avec le temps et cela fait que j’ai décidé, concernant notre présence permanente, d’installer plus tôt que prévu le groupe de combattants », a ainsi affirmé le général Bydén, lors d’un entretien accordé à la chaîne publique SVT. « Nous ne voyons pas de menace d’invasion. Nous marquons la souveraineté suédoise », a expliqué le ministre suédois de la Défense, Peter Hultqvist.

Pour le moment, cette présence se limite à une compagnie d’infanterie mécanisée de seulement 150 soldats. Mais il est prévu de l’étoffer d’ici juillet 2017.

Deux secteurs sont importants en raison de leur position stratégique dans la région de la mer Baltique : l’archipel d’Åland, qui appartient à la Finlande, et l’île de Gotland. La défense du premier est compliquée étant donné qu’il a un statut de territoire démilitarisé au regard du droit international. Ce qui n’est pas le cas du second.

D’après Karlis Neretnieks un analyste suédois spécialiste des questions de défense, « si la Russie en venait à s’emparer de l’île de Gotland (…) elle pourrait y installer des missiles sol-air mobiles, lesquels, en plus de compromettre la sécurité des Alliés de la région, risqueraient de limiter la marge de manœuvre dont l’Otan dispose pour défendre les États concernés. »

En clair, la défense des pays baltes seraient très compliquée et le contrôle de cette île permettrait de verrouiller la mer Baltique, où le trafic maritime est important (…)

Source : http://www.opex360.com/2016/09/15/larmee-suedoise-officiellement-de-retour-de-facon-permanente-sur-lile-de-gotland/

Rappel : https://civilwarineurope.com/2016/02/05/la-suede-remilitarise-lile-de-gotland-situee-a-proximite-des-cotes-russes/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Advertisements


Catégories :Suède

%d blogueurs aiment cette page :