Italie : les touristes qui visitent le lac de Côme sont obligés de passer par-dessus les clandestins à la gare

37C1559E00000578-3768919-image-a-63_1472732073255Ils sont venus pour une escapade idyllique dans le pittoresque lac de Côme en Italie, où des stars comme George Clooney ont une propriété.

Mais les touristes peuvent avoir été choqué de constater que la ville italienne du nord (…) est devenu un foyer temporaire pour un maximum de 500 migrants qui ont été refoulés de la Suisse.

(…) Les touristes sont représentés assis à côté des lits de fortune des migrants avec leurs bagages dans l’attente de trains.

Les images viennent après que des habitants de la ville, la semaine dernière, ont exprimé leur préoccupation devant le nombre croissant de migrants campant tout en cherchant à franchir la frontière suisse (…)

Source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-3768919/Tourists-forced-step-migrants-picturesque-Lake-Como-s-train-station-500-sent-Italy-Switzerland.html?ito=social-twitter_mailonline

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Italie, Lombardie

1 réponse

  1. La France sûrement, l’Europe probablement, à moins que ce soit l’envers, comme ça on risque pas de se tromper… se rapproche à grand pas de la tiers mondialisation.
    Depuis la chute du mûr de Berlin ça n’arrete pas de dégringoler. Jusque là la rivalité à mort entre les deux systemes on va dire économiques, forçait à maintenir de ce côté- ci du mûr un niveau de vie le plus élevé possible compatible avec un taux de rendement minimale du bénef. De l’autre côté du mûr c’était le peuple qui gueulait à la faim de consommation, de notre côté c’était le patronat et de la finance qui s’impatientait de devoir dorloter les salariés pour étoufer toute velléité « révolutionnaire ». Même si on pourrait mettre en cause le caractère vraiment révolutionnaire de la dite gauche en tout cas ça reviendrait à une perte de liberté des capitaines de l’industrie et de la finance.
    Depuis la chute du mûr et tous les dominos tombés par terre trrrrrrrrrr…. le terrain est libre pour l’aventure du profit maximal. Il faut des consommateurs mais ne vous faites pas d’illusions, pas tant que ce que l’on imagine pour nous sentir nous même pas exclus du système. Par contre ce qu’il faut c’est de la main d’ouevre à tous les étages, presque gratuite quelles qu’en soit les conséquences sociales. Pour preuve le freinage de l’automation. En occident elle est loin d’être ce qu’elle est au Japon et de ce que la recherche occidentale convenablement orientée pourrait donner. L’automation ce sont des investissements extrêmement lourds au bénéfice différé. Elle se fait en occident au compte gouttes et ponctuellement là où on peut en retirer du cash à cour terme ou un gain stratégique face à la concurrence au niveau mondial. Par contre avec la main d’oeuvre à bas prix le circuit de l’argent est notablement accéléré et derrière ça la finance tourne à fond. Si rien arrête le processus d’apauvrissement par le biais de l’immigration sauvage on n’a pas fini de voir des gens vivre dehors dans des conditions de plus en plus misérables. Dans l’immédiat ce sont les invahisseurs demain c’est nous ou nos enfants.
    Attention, la classe moyenne n’y échappera pas. Elle va etre saigné pour maintenir la digue de l’État providence ou sera directement touchée par la concurrence des cerveaux d’importation dans les États plus ouvertement libéraux.
    C’est fini la douce France et l’Europe des droits sociaux. À moins que, mais je vois pas d’indice…

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :