En 4 jours, 13000 clandestins débarquent en Italie !!!

1472710369-sbarchi-lapresseCes 4 derniers jours, ils sont plus de 13000 les migrants transbordés de leurs coques de noix sur les bateaux de secours et ensuite débarqués en Italie du Sud ! Chiffres phénoménaux, pharaoniques ! Chaos migratoire sans précédent.

La Sicile est devenue le premier avant-poste du pays dans l’accueil de ces flux migratoires qui n’ont subi aucune trêve estivale, bien au contraire.

Il semble impossible, avec les idéologies immigrationnistes ambiantes qui emprisonnent les esprits, de mettre fin à cette marée humaine qui chaque jour abandonne les côtes libyennes et égyptiennes pour les côtes italiennes.

Les structures d’accueil italiennes sont pleines à craquer, débordent de toute part. A Lampedusa, le centre de 450 places est envahi par plus de 1700 personnes ! Il est toujours plus difficile de contrôler les migrants et de protéger les mineurs non-accompagnés. Ils sont plus de 17 000 depuis le début de l’année.

Maladies infectieuses telle la rage font leur réapparition dans la péninsule pour la plus grande peur des Italiens eux-mêmes. Bagarres, disputes entre ethnies pas vraiment « amies » parsèment ces voyages de la dernière chance. Les tensions dans les centres d’accueil se multiplient : à Caltagirone, ces hôtes d’un genre nouveau n’ont pas hésité à agresser les membres des services humanitaires parce que leur « pocket money » ne leur avait pas été distribuée assez vite !

Et pour couronner le tout, les forces de l’ordre italiennes à Palerme enquêtent sur différents mariages fictifs entre étrangers et Italiens, souvent issus de l’immigration, afin de favoriser l’obtention de permis de séjour, moyennant le règlement de 7000 euros. Deux sœurs tunisiennes ont été arrêtés pour avoir favoriser ainsi l’immigration clandestine.

En attendant, le meurtre l’an dernier d’un couple d’Italiens à Catania par un ivoirien Mamadou Kamara, hôte d’un centre d’accueil, n’a toujours pas été jugé !

Ce chaos migratoire, source de biens des délits et maux, atteint un paroxysme sans que nos soi-disant élites politiques et bien-pensantes ne songent aucunement à le maîtriser. Comme si la destruction de leur propre pays les laissait indifférents. Si elles ne la souhaitent pas… pour créer une humanité régénérée, rêve de tout bon révolutionnaire.

Sources : – http://www.medias-presse.info/en-4-jours-13000-debarquements-en-italie/60444

http://www.ilgiornale.it/news/politica/4-giorni-13mila-sbarchi-siamo-collasso-totale-1301205.html

Rappel : https://civilwarineurope.com/2016/08/30/les-etats-unis-veulent-ils-une-guerre-ethnique-et-religieuse-en-europe/

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Italie, Sicile

3 réponses

  1. A reblogué ceci sur Viggo's bloget a ajouté:
    Ce n’est que le début. 🙂

    J'aime

  2. Beaucoup trop de clandestins, et pas assez de clandestines
    Cf Tristan, lien: » je suis de bonne humeur ce matin ».
    Bise

    J'aime

  3. On ne peut qualifier de « clandestin » un homme invité à bord d’un vaisseau de la marine italienne (ou d’une marine européenne de l’opération Sofia) puis débarqué, compté, nourri et hébergé par l’Etat italien sur le territoire national, même si tout cela est effectué illégalement par l’exécutif (le gouvernement) qui, là comme ailleurs, ne respecte pas les décisions du législatif (le peuple). Que ces colons soient autorisés à rester anonymes (ou à ne pas justifier le nom qu’ils déclarent) contrairement au moindre Italien admis dans un hôpital ou une soupe populaire payée par ses impôts n’en fait pas des clandestins, ils ont été amenés dans l’illégalité mais en toute visibilité. Au fait, 13000 hommes, et même en incluant 3% de femmes comme ce fut le cas des Africains arrivés en Italie l’année dernière, c’est l’effectif d’une bonne division, ou de deux brigades d’infanterie. La Huitième Plaie (Lulu.com) est loin d’être refermée.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :