Italie : les clandestins refusent de travailler 2 fois par semaine et restent dans leur villa avec piscine

italie-invasion« Nous sommes à Torreglia, commune de 6’000 habitants à Padoue. Et ici pour intégrer les migrants, la ville a eu une idée: faire travailler les migrants 2 fois par semaine pour nettoyer l’espace vert public. »

« Il s’agit d’un travail très simple dont le nettoyage des parcs. En quelque sorte, une forme d’intégration. Cela pouvait être très utile aussi aux réfugiés. »

« Mais les réfugiés ont dit Non. »

« Le jour du rendez-vous, ils ne se sont pas présentés. On nous a répondu que les personnes n’étaient plus disponibles. »

« Nous avons alors essayé de parler avec eux afin qu’ils nous expliquent les motifs de ce refus. Mais ils n’ont pas voulu y répondre. »

« Ici environ 40 réfugiés vivent ici sur les collines dans cette énorme villa avec parc et à l’intérieur il y a aussi une piscine. » (…)

« Impossible d’avoir une réponse des migrants mais la coopérative qui les gère a fait savoir qu’ils ne voulaient pas travailler parce qu’ils n’ont pas encore reçu le statut de réfugié. Du reste, ils ne sont pas obligés de le faire parce qu’il n’y a pas de règle qui les oblige à travailler. »

Pendant ce temps, les rescapés italiens sont hébergés sous des tentes…

tentes

Source : http://lesobservateurs.ch/2016/08/29/italie-ville-de-torreglia-migrants-refusent-de-travailler-2-semaine-restent-villa-piscine-video/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

APPEL AUX DONS

Nous nous sommes fixés comme objectif d’atteindre 200 euros/mois. Vous pouvez également cocher la case « Récurrence de l’action » pour que le don soit mensuel. Si cette case ne s’affiche pas sur votre mobile alors il convient de le faire à partir d’un ordinateur. Nous comptons sur vous !

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

Publicités


Catégories :Italie, Vénitie

1 réponse

Rétroliens

  1. Lavori forzati, bandiere tricolori, profughi immaginari e altre amenità | Kelebek Blog
%d blogueurs aiment cette page :